Cinéma Littérature & poésie

Faust et L’Associé du diable

Écrit par Ambre Hagar

Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups

Cette citation de la mère de Kévin à la sortie de l’Église est une métaphore de la ville de New York dans laquelle le jeune avocat en pleine ascension va faire l’expérience de la vanité et du pouvoir. Difficile de rester insensible à la destinée de cet homme qui se détourne du sens véritable de ses aspirations. Poussé tour à tour dans les boucliers de l’égo tel que la philarguria, la porneia ou bien encore l’orge, il finit par tuer les racines existentielles de son être pour vendre son âme au diable. Connu dans l’Ancien Testament sous le nom de « Satan », terme n’étant pas à l’origine un nom propre, mais un nom commun qui signifie « celui qui se met en travers », « l’adversaire » ou « le calomniateur » ; le diable va chercher à la diviser.

Kevin devient peu à peu un homme guidé par l’avarice et le plaisir de la chair. Le narcissisme deviendra ainsi son propre opium. La vanité se traduit par son choix de défendre l’indéfendable au prix de l’injustice et ceci en vue de prouver à son entourage qu’il est le meilleur. Il abandonne peu à peu sa femme, rongée par ses propres démons, qu’il ne perçoit plus alors comme source de désir et d’amour, mais bien comme un objet du besoin, nécessaire à sa réussite. Il bascule alors dans l’univers du mal qu’il est censé combattre. Malgré cela, plus il avance dans son ascension sociale, plus il fait face à sa propre vanité ; et entrevoit la destruction engendrée par l’avarice.

La mort de sa femme symbolise l’ouverture de son esprit par l’appréhension du néant. Les sentiments liés à l’orge s’imposent donc naturellement à lui. Milton, son géniteur, mais aussi Satan auquel il s’est vendu, le poussera jusqu’à la quintessence de sa colère en le confortant dans l’idée qu’il est enfin proche de la liberté.

Faust et l'associé du diable : milton

Ce n’est que lors de la dernière scène qu’il prend conscience du jeu auquel Milton l’a poussé tout au long du film. Il parvient ainsi à surpasser les boucliers de l’égo, refuse les plaisirs et jouissances éphémères, et ouvre son cœur pour anéantir les projets machiavéliques de Satan. Le diable prit à son propre piège, subit sa propre colère qu’il tendait à insuffler aux autres. Ainsi s’achève cette première bataille, mais la fin du film, nous laisse entrevoir que le combat contre nous même, est un éternel recommencement…

Le mythe originel : Faust de Goethe

Le Dr Faust avide de libido sciendi (désir de connaissance) a perdu ses plus belles années. Devenu un vieillard amer et cacochyme, il prend conscience qu’il ne retrouvera plus jamais sa jeunesse et souhaite donc se suicider. C’est alors que le diable, sous les traits de Méphistophélès, lui apparaît et lui propose un pacte : en échange de son âme, Méphistophélès lui rendra sa jeunesse. Faust accepte et Méphistophélès l’emporte donc pour un grand et long voyage au cours duquel Faust se perdra pour avoir rencontré l’amour : la douce Marguerite.

Faust et l'associé du diable : milton - Méphisto apparaissant à Faust dans son cabinet - Eugène DELACROIX (1798 - 1863) - © Photo RMN-Grand Palais

Méphisto apparaissant à Faust dans son cabinet – Eugène DELACROIX (1798 – 1863) – © Photo RMN-Grand Palais

Faust incarnation de l’homme moderne, Kevin incarnation de l’homme « post » – moderne

Faust et l'associé du diable : kévin

Faust, dans l’œuvre de Goethe, est un homme reconnu pour sa connaissance et son intelligence, mais il possède une soif de connaissance insatiable, la libido sciendi, ce qu’Augustin définissait comme la curiosité ou la vanité de l’homme. Il ressent un sempiternel sentiment d’insatisfaction, car plus il sait, et plus il a conscience de l’immensité de son ignorance. Kévin, avocat, lui, est également reconnu dans son domaine en Floride. C’est essentiellement là que se rejoignent Faust et Kévin, dans les deux œuvres, les deux personnages incarnent la vanité humaine. Milton et Méphistophélès, alias le diable, vont user de cette faille humaine, pour pousser les deux hommes à « pactiser » avec lui.

La vanité, c’est décidément mon péché préféré. C’est tellement fondamental. Le narcissisme, c’est notre propre opium. John Milton

Kévin, contrairement à Faust, ne va pas pactiser de manière explicite avec le diable. Mais lorsqu’il accepte de partir pour New York, que sa mère nomme la Babylone, il scelle une forme de pacte tacite, qui va lui offrir reconnaissance et argent. Le diable lui-même l’interroge :

Vendriez-vous votre âme au diable pour réussir dans la vie.

À l’instar de Faust, on comprend tout au long de l’œuvre cinématographique que Kévin accepte l’offre de Milton, et ne se sent pas inquiété, malgré les avertissements de sa mère, car il ne croit pas plus en Dieu, qu’au Diable. Malgré une éducation religieuse complète, une maîtrise des textes bibliques parfaite, il n’est pris d’aucune inquiétude d’ordre religieux ni d’une quelconque culpabilité émanant d’une croyance ou d’une foi, encore moins d’un désir de repenti. Ses remords semblent plutôt moraux, mais sont vite effacés par le désir de gagner.

Dans Faust de Goethe, Méphistophélès, utilise la « transformation » pour arriver à ses fins et tromper les autres protagonistes de l’œuvre. Il se transforme en barbet, en éléphant, etc. De la même façon pour tromper Kévin, le diable, prendra la forme d’un journaliste. Faust et Kévin ont également en commun le désir de jouissance, qui se traduira pour Faust, à retrouver son physique de jeune homme et à rencontrer la jeune Marguerite.

Pour Kévin, qui est déjà jeune et beau, mais qui n’est pas très riche et a un look « de macho de Floride », comme lui dira Milton, grâce à l’argent, il pourra se transformer en un homme élégant de la ville.

Mais, il rencontra la belle et incandescente Christabella, personnification de l’interdit. Cette femme incarne la beauté du diable, de par son physique, son élégance et son intelligence (avocate et polyglotte), loin de sa simple épouse de Floride, à l’accent sudiste, n’ayant pas fait d’études et se destinant à une carrière de femme au foyer. Ce désir se traduit par une sorte de fantasme, lors de ses rapports sexuels avec sa femme, il voit Christabella lui faire une fellation. Mais cette vision, est troublée par sa femme, qui veut qu’il lui fasse l’amour. Cette vision est une représentation de son désir de jouir, de manière égoïste. À travers, sa vanité, son désir de reconnaissance professionnelle, d’argent et de jouissance sexuelle égoïste, hors des sentiers battus, Kévin est l’incarnation de l’homme moderne des 20 ème et début de 21 ème siècle.

En effet, on cite souvent Faust comme l’incarnation de l’homme moderne, par son désir de connaissance insatiable, illustrant la vanité de l’homme, et son désir de jouir. Mais Faust incarne l’homme moderne de son époque. Même si les deux hommes portent des interrogations communes sur l’homme moderne, les considérations, les enjeux et le contexte sont tout à fait différent.

On rend bandant les rêves les plus tartes, à force de billets verts, de toc, de plaqué, de paillettes, jusqu’à ce que le dernier des humains se prenne pour un empereur et devienne son propre dieu…

L’homme « postmoderne » incarné dans le film, à l’instar, de Faust dans Goethe, souhaite égaler Dieu, devenir son propre dieu.
La mondialisation, les nouvelles technologies, le règne de l’argent, de la jouissance immédiate et illimitée, le libertinage sont des composantes de notre modernité. Le sexe, comme le démontre le film, grâce au libéralisme, est devenu un mode de consommation, qui intègre des normes et des logiques marchandes, tel que l’accumulation. Camus reprit une citation de son père « un homme, ça s’empêche ». Milton, le diable, lui, ne s’empêche pas il jouit de tous les plaisirs sans limites, et c’est en cela qu’il n’a rien d’humain. L’humanité de Kévin jaillit lorsqu’il s’empêche, qu’il ne cède pas aux avances du diable et de la tentatrice.

Faust et l'associé du diable : kévin

On imagine mal, en effet, Méphistophélès proposer une relation sexuelle de groupe (avec deux femmes), comme le fait Milton dans l’Associé du diable à Kévin. Marguerite incarnant déjà au regard de Faust le désir suprême, une histoire d’amour avec elle suffit. Mais il faut nuancer le tableau, car Kévin, par « amour » pour sa femme, refusera les avances sexuelles de la sylphide et refusera de coucher avec elle pour engendrer l’antéchrist.

Marguerite réincarnée : la mère et l’épouse

Faust et l'associé du diable : kévin - Illustration de Fabio Cipolla représentant l'apparition de Marguerite à Faust et Méphistophélès. (Château Sforza, Milan.)

Illustration de Fabio Cipolla représentant l’apparition de Marguerite à Faust et Méphistophélès. (Château Sforza, Milan.)

Le personnage de Marguerite du mythe de Faust se réincarne dans le film à travers les deux femmes de sa vie : sa mère Alice Lomax, et sa femme, Mary Ann.
Alice Lomax, sa mère est une fervente chrétienne, fille de pasteur, originaire du petit village de Floride où est né Kévin. Dès le début du film, elle montre une certaine méfiance à l’égard de Mary Ann, et avertit du « danger », lorsqu’il lui annonce qu’il va à New York. Elle est rassurée lorsque son fils lui récite la Bible, pensant que la connaissance de la Bible le protégera de la Babylone, New York. Kévin ne connait pas son père, et il est fait mention lors d’une conversation entre Kévin et Milton, des difficultés qu’a rencontrées Alice, lorsqu’elle a eu Kévin hors mariage, dans son petit village. À l’instar, de Marguerite dans Faust, Alice a eu un enfant hors mariage, qui lui a valu des épreuves de la part des habitants du village. On découvre lorsque sa mère vient lui rendre visite qu’elle est déjà venue à New York. Elle lui annonce à la fin du film, après le suicide de Mary Ann, que son père est Milton, et qu’il l’avait séduite lorsqu’elle était venue à New York avec sa paroisse. Milton, le diable, avait réussi à séduire Alice, en lui donnant l’image d’un fervent chrétien, maîtrisant parfaitement la Bible. On comprend dans Faust que Marguerite a ,elle aussi, en quelque sorte, couché avec le diable. Mais contrairement à Alice, elle fera le choix de tuer son enfant.

Cet enfant mort, on le retrouve chez Mary Ann. Elle exprime dès le début du film son souhait d’avoir un enfant. Mais, alors que les conditions matérielles semblent idéales à la réalisation de ce souhait, Mary Ann va « perdre » son enfant et en quelque sorte sa fertilité. En effet, elle va faire un étrange cauchemar : voyant un bébé jouer avec ses ovaires et, elle, baignant dans son sang.
Mary Ann se laisse à la fois séduire par Milton, mais ressent l’atmosphère malsaine qui l’entoure. Telle que Marguerite, elle sera victime d’hallucination. Elle verra d’une part les visages des femmes qui l’entourent et qui sont en lien avec Milton, se transformer en visages monstrueux. Et surtout, elle couchera avec le diable, Milton réussira à faire croire à Kévin que c’était une hallucination, car présent avec Kévin au moment présumé de l’acte. À la fin Milton avouera que Mary Ann disait vrai, et qu’il a bien couché avec elle. Kévin fera interner Mary Ann dans une clinique psychiatrique, dans laquelle elle mettra fin à ses jours. Marguerite quant à elle, fut également enfermée, dans une prison, à cause de son infanticide.

Faust et l'associé du diable : kévin et Mary Ann
Au-delà de ces hallucinations, de la même façon que Marguerite, qui prise dans les incohérences de la folie, manifeste en même temps une grande clarté de vue. En effet, contrairement à Kévin qui lui se laisse aveugler, Mary Ann elle voit le mal, et le danger que représente le diable. Contrairement à Marguerite, elle n’est pas “sauvée” par sa foi, car Mary Ann se suicide.

Le Diable maître de la rhétorique : l’Homme renvoyé à son libre-arbitre

On retrouve également dans l’Associé du diable, cette même ironie et cet esprit critique à l’égard de Dieu, moins fine et plus irrévérencieuse que dans Faust. Ce fait peut être illustré par la réplique de Milton à Kévin :

La culpabilité, c’est un énorme sac plein de briques, tout ce que tu as à faire, c’est le poser. Pour qui tu le portes ton sac de briques ? Dis-moi Kevin. Dieu ? C’est ça ? Dieu ? Tu sais quoi ? J’vais te dévoiler une petite info exclusive au sujet de Dieu : Dieu aime regarder. C’est un farceur. Réfléchis : il accorde à l’homme les instincts, il vous fait ce cadeau extraordinaire et ensuite, qu’est-ce qu’il s’empresse de faire ? Et ça j’peux te l’jurer, pour son propre divertissement, sa propre distraction cosmique, personnelle, il établit des règles en oppositions. C’est d’un mauvais goût épouvantable… Regarde, mais surtout ne touche pas. Touche, mais surtout ne goûte pas ! Goûte, n’avale surtout pas ! Ha ha ha ! Et pendant que vous êtes tous là à sautiller d’un pied sur l’autre, lui qu’est-ce qu’il fait ? Il se fend la pêche à s’en cogner son vieux cul de cinglé au plafond. C’est un refoulé ! C’est un sadique ! C’est un proprio qu’habite même pas l’immeuble ! Vénérer un truc pareil ? Jamais !

Dans l’œuvre de Goethe, Faust se retourne contre Méphistophélès et lui demande de sauver Marguerite, Méphistophélès le renvoie à sa responsabilité :

Faust,
Dans le malheur !… le désespoir ! Longtemps misérablement égarée sur la terre, et maintenant captive ! Jetée comme une malheureuse criminelle, dans un cachot, la douce et malheureuse créature se voit réservée à d’insupportables tortures ! Jusque-là, jusque-là—Imposteur, indigne esprit ! …et tu me le cachais !

Méphistophélès :
Nous sommes encore aux premières limites de notre esprit, que celui de vous autres hommes est déjà dépassé. Pourquoi marcher dans notre compagnie, si tu ne peux pas en supporter les conséquences ? Tu veux voler, et n’es pas assuré contre le vertige ! Est-ce nous qui t’avons invoqué ou si c’est le contraire ?

Faust :
Sauve-la ! … ou malheur à toi ! la plus horrible malédiction sur toi, pour des milliers d’années.

Méphistophélès :

Je ne puis détacher les chaînes de la vengeance, je ne puis ouvrir les verrous. –Sauve-la ! – Qui donc l’a entrainé à sa parte ?… Moi ou toi ? (Faust lance autour de lui des regards sauvages.) Cherches-tu le tonnerre. Il est heureux qu’il ne soit pas confié à de chétifs mortels. Écraser l’innocent qui résiste, c’est un moyen que les tyrans emploient pour se faire place en mainte circonstance.

À l’instar de Méphistophélès, lorsque Kévin s’en prend à Milton et lui reproche ce qui est arrivé, il le renvoie également à sa responsabilité et lui rappelle que c’est lui qui a délaissé sa femme et qu’il lui a toujours laissé le choix. C’est à cet instant que le diable lui rappelle son libre-arbitre, que l’Homme a toujours le choix, mais que sa vanité le pousse à faire les choix les plus égoïstes. Le diable rappelle qu’il ne fait que proposer, que tenter, qu’insuffler, mais que l’Homme reste seul responsable face à ses choix, face à ses actes, et ses manquements.

La question du Droit est également citée dans les deux œuvres, et l’Associé du Diable fait écho à l’œuvre de Goethe sur cette question. En effet, Kévin interroge Milton sur la raison pour laquelle il a choisi le domaine du Droit et il lui répond :

Parce que la loi nous permet d’avoir accès à tout le reste. Le Droit c’est le passe partout universelle, le sacerdoce des temps modernes, fiston. Est-ce que tu sais qu’il y a plus d’étudiants dans les facs de droit, qu’il n’y a d’homme de loi sur cette terre ? On lance l’offensive ! Acquittement après acquittement et, après acquittement. Et la pestilence montera si haut qu’elle atteindra le paradis, qu’elle étouffera tous les foutus saints du royaume éternel.

Cette scène peut être mise en parallèle avec la scène où Méphistophélès se déguise, en portant les « longs habits de Faust » pour parler avec un écolier :

Méphistophélès :
Pourtant, choisissez une faculté.

L’écolier :
Je ne puis m’accommoder à l’étude du droit.

Méphistophélès :
Je ne vous en ferai pas un crime : je sais trop ce que c’est cette science. Les lois et les droits se succèdent comme une éternelle maladie ; ils se trainent de générations en générations, et s’avancent sourdement d’un lieu dans un autre. Raison devient folie, bienfait devient tourment : malheur à toi, fils de tes pères, malheur à toi ! car du droit né avec nous, hélas ! il n’en est jamais question.

L’écolier :
Vous augmentez encore par-là mon dégoût : ô heureux celui que vous instruisez ! J’ai presque envie d’étudier la théologie…

Méphistophélès explique l’outil « diabolique » que représente le droit. Outil qu’utilise Milton à son avantage pour régner sur le monde.

À propos de l'auteur

Ambre Hagar

Spécialiste des affaires internationales et européennes, elle offre un regard critique et innovant sur le monde et l’actualité. Amoureuse des langues et des cultures étrangères, avant d’être polyglotte, elle se considère comme une citoyenne européenne du monde.

Elle milite au sein des Jeunes Européens Étudiants de Paris pour une Europe démocratique, unie et multiculturelle.

Combattant l’obscurantisme et le communautarisme de tout acabit, elle souhaite s’engager dans la vie publique afin d’offrir des solutions concrètes pour le Bien commun.

Laissez un commentaire