philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Vivre, c'est naître lentement. Il serait un peu trop aisé d'emprunter des âmes toutes faites !    {Antoine de Saint-Exupéry}

Universal Zulu Nation

Le Bronx de New York reste le lieu de naissance de la culture hip hop. Dans les annĂ©es 50 et 60, une Ă©norme fracture sociale se fait sentir au sein de la sociĂ©tĂ© amĂ©ricaine. La bourgeoisie blanche profite amplement du rĂŞve amĂ©ricain et les minoritĂ©s non blanches vivent le cauchemar amĂ©ricain. La population noire originaire d’Afrique, livre une lutte acharnĂ©e avec des leaders dĂ©terminĂ©s tels Martin Luther King, Malcom X, les Black Panthers… Pour mettre un terme dĂ©finitif Ă  la sĂ©grĂ©gation raciale et obtenir enfin l’égalitĂ© des droits.

Le mouvement fut fondĂ© au milieu des annĂ©es 70 Ă  New York, par Afrika Bambaataa, de son vrai nom Kevin Donovan, ancien membre du gang des Black Spades du Bronx. Il participa activement Ă  la crĂ©ation et au dĂ©veloppement du mouvement  Hip Hop. En janvier 1975, le meilleur ami d’Afrika Bambaataa, Soulski, dĂ©cède Ă  la suite d’une fusillade lors d’une intervention de la police dans une rixe entre les Black Spades et un autre gang. Cet Ă©vĂ©nement marqua l’aversion dĂ©finitive d’Afrika Bambaataa pour les gangs et il quitta les Black Spades. Il dĂ©cida de changer d’orientation philosophique et fonda  “The Organization”. En fait, the Organisation Ă©tait, plus qu’une rĂ©alitĂ© concrète, un dĂ©nominateur commun sous lequel se rĂ©unissait une poignĂ©e d’individus refusant les intentions belliqueuses des gangs, leur prĂ©fĂ©rant l’Ă©tat d’esprit conciliant des soirĂ©es de musique et de danse organisĂ©es dans les rues du Bronx Ă  cette Ă©poque. Il amplifia alors le mouvement des soundsystems et commença Ă  utiliser son ancienne influence de chef de gang pour dialoguer avec les jeunes et les sortir de la spirale de la violence. Une vraie alternative pacifiste aux diffĂ©rents gangs violents qui contrĂ´laient la plupart des quartiers dĂ©favorisĂ©s de New York.

Il voulait transformer leur frustration et leur rage en énergie positive orientée vers la création artistique. Pour cela, il devait leur apprendre à désirer l’excellence afin qu’ils puissent repousser les frontières mentales de leur créativité artistique.

Le message d’Afrika Bambaataa : “Je suis venu te prendre la tête pour te faire voir ce qu’il y a derrière les étoiles. Laisse tomber les ondes négatives qui guident tes pas vers la violence et suit nous, tu découvriras alors la puissance de la créativité qui sommeille en toi”.

Au dĂ©but, lui seul croyait qu’il allait pouvoir rĂ©ussir Ă  convaincre les jeunes de changer de vie. Et voyant l’impact de la musique sur les jeunes, il dĂ©cida alors d’en faire son alliĂ© et utilisa ses clips vidĂ©o pour faire passer son message. Il dĂ©cida, se rappelant un film intitulĂ© Shaka Zulu, relatant les luttes hĂ©roĂŻques d’une tribu sud-africaine contre les colons anglais, de concrĂ©tiser l’idĂ©e de « the Organisation » en la renommant « Zulu Nation », organisation dĂ©sormais distincte rĂ©unissant de jeunes individus pacifiques dont les moyens d’expression Ă©taient la danse, le graffiti, le rap et le Djing. Cette organisation est composĂ©e de dizaines de chapitres indĂ©pendants, actifs dans la plupart des pays industrialisĂ©s (USA, Belgique, Allemagne, Japon, …), dont les activitĂ©s varient en fonction des prioritĂ©s et des besoins locaux : organisation de parties, bĂ©nĂ©volat dans des actions sociales, promotion de la culture hip-hop… Elle est fondĂ©e sur le respect de codes moraux qui constituent la base de la philosophie de la culture hip-hop.

La Zulu Nation possède une devise : “ Peace, Unity, Love and Having Fun”, et, est régie par 20 lois qui représentent des codes moraux, des lignes de conduite.

L’Universal Zulu Nation n’est ni une secte, ni un club dont il faut ĂŞtre membre, ni une Ă©lite Ă  l’intĂ©rieur de la culture hip-hop, ni une entreprise Ă  but lucratif, ni un groupe de musique ou de danse. Un Zulu est une personne Ă©pousant les idĂ©aux de la culture hip-hop, dont un des principaux est la canalisation de la violence par l’exercice d’arts tels que la danse, la musique, le graffity et le deejaying.


Les lois de l’UZN sont les suivantes :

  • 1. La Zulu Nation n’est pas un gang, c’est une organisation d’individus Ă  la recherche de succès, de paix, de sagesse, de connaissance, de comprĂ©hension et de bon comportement dans la vie.
  • 2. Les Zulus doivent chercher des moyens positifs pour survivre dans la sociĂ©tĂ©.
  • 3. Les actions nĂ©gatives sont des actions qui appartiennent aux mauvais. Le comportement animal est nĂ©gatif. Les Zulus doivent ĂŞtre civilisĂ©s.
  • 4. Les Zulus doivent continuellement apprendre les leçons infinies.
  • 5. Les Zulus ne peuvent pas ĂŞtre membres d’organisation dont les fondements sont basĂ©s sur des actions nĂ©gatives.
  • 6. Les Zulus doivent ĂŞtre en paix avec eux-mĂŞmes et les autres.
  • 7. Les Zulus doivent lutter pour les idĂ©es auxquelles ils croient.
  • 8. Les Zulus doivent saluer leurs frères et soeurs de façon convenable et de prĂ©fĂ©rence comme « Peace Akhi », « Akhi Peace » ou « Peace Malika » (Akhi signifie frère).
  • 9. Les Zulus doivent se saluer chaque fois qu’ils se rencontrent ou qu’ils se quittent, n’importe oĂą sur cette planète.
  • 10. Les Zulus doivent se tenir Ă  l’Ă©cart des ennuis.
  • 11. Les Zulus ne sont pas autorisĂ©s Ă  exprimer leurs diffĂ©rents en s’affrontant avec d’autres Zulus.
  • 12. Les Zulus ne doivent pas impliquer d’autres Zulus Ă  des problèmes personnels. S’ils ont besoin d’ĂŞtre conseillĂ©s, ils doivent s’adresser personnellement aux leaders Zulus.
  • 13. Les Zulus n’ont pas le droit de clamer leur appartenance Ă  la Zulu Nation de manière irrespectueuse. Ils ne doivent pas impliquer leur nom au crime ou Ă  la violence.
  • 14. Les Zulus doivent mener une vie de façon pacifique et s’efforcer d’ĂŞtre justes.
  • 15. Les Zulus doivent apprendre Ă  se connaĂ®tre eux-mĂŞmes de façon Ă  s’Ă©lever dans la jungle de ce monde.
  • 16. Les Zulus doivent essayer d’Ă©lever la Zulu Nation Ă  tout moment. Ils doivent Ă©clairer ceux qui nous blâment.
  • 17. Tous les Zulus doivent participer aux meetings d’unification de la Zulu Nation.
  • 18. Quiconque ne participe pas aux changements effectuĂ©s au sein de la Zulu Nation n’est pas un Zulu.
  • 19. Les rois Zulus et les reines Zulus sont Ă©galement importants dans la Zulu Nation, le respect leur est dĂ».
  • 20. L’anniversaire de la Zulu Nation est le 12 novembre (date de sa crĂ©ation). C’est la date officielle et elle devrait ĂŞtre cĂ©lĂ©brĂ©e le jeudi ou le vendredi de la mĂŞme semaine.

Les croyances de la Zulu Nation :

  • 1. Nous respectons toutes les religions et toutes les croyances. Nous croyons que la spiritualitĂ© est importante pour l’accomplissement de soi et la comprĂ©hension des autres. NĂ©anmoins, dès le moment oĂą une religion fait de ses adeptes des zombies ou des pions, que cela soit financièrement, mentalement, physiquement, psychiquement ou d’une manière touchant Ă  l’intĂ©gritĂ© de l’individu, nous la rejetons.
  • 2. Nous cherchons la VĂ©ritĂ© par tous les faits ou expĂ©riences qui peuvent nous y mener. Nous rejetons le mensonge sous toutes ses formes; L’affabulation Ă©crite ou orale ainsi que la falsification ne pouvant qu’encourager les mauvais sentiments. En tant que Zulus nous croyons que la VĂ©ritĂ© amènera au Respect, Ă  l’Amour et Ă  l’UnitĂ©.
  • 3. Nous croyons que le racisme et la haine enveniment notre monde. Nous  croyons que l’Amour, la Paix, le Respect, la ComprĂ©hension et la VĂ©ritĂ© sont les vrais remèdes Ă  ce mal.
  • 4. Nous, Zulus, sommes des gens de paix. Nous respectons ceux qui nous respectent et nous sommes en paix avec ceux qui sont en paix avec nous, mais si nous sommes agressĂ©s, nous croyons que nous devons nous dĂ©fendre au nom de nos convictions.
  • 5. Nous croyons Ă  la Justice pour tous, qu’elle soit divine ou humaine. Nous croyons que nous avons tous droit Ă  une justice Ă©gale.
  • 5. Nous croyons que les ĂŞtres humains sont responsables de l’Ă©tat actuel de notre planète. Nous estimons alors nĂ©cessaire que les Zulus contribuent à  la prĂ©servation de notre environnement et Ă  son amĂ©lioration afin de permettre de meilleures conditions de vie.
  • 6. Nous croyons que chacun doit transmettre ses connaissances et ses expĂ©riences Ă  son prochain.
  • 7. Nous croyons Ă  la Connaissance, la Sagesse, la ComprĂ©hension, la Paix, l’UnitĂ©, l’Amour, le Travail, l’Amusement, l’Education, la LibertĂ©, la Justice, l’EgalitĂ©, le Respect, les Sciences, la Vie, les Faits, la VĂ©ritĂ©.


Pour en savoir plus :

http://www.zulunation.com/

La Zulu Nation France est le chapitre français de l’Universal Zulu Nation, elle est organisĂ©e en association de Zulus qui promeut et prĂ©serve la culture hip-hop par le biais de diverses activitĂ©s telles que l’organisation de journĂ©es d’initiation et d’information, de dĂ©bats ou encore de soirĂ©es. Ses membres sont des Dj ‘s, des b-boys, des graffiti artists et des Mc’s dĂ©sireux d’Ĺ“uvrer pour la reconnaissance de la culture hip-hop.

Zulu Nation France : http://www.zulunation.fr/

http://www.myspace.com/zulunationfrance

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace