philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Le bourgeois n'a d'autre rêve que de posséder alors que l'artiste n'a d'autre possession que ses rêves.   {Manu Larcenet}

Jeudi 5 novembre 2009{par Vincent}

Antonella Arismendi | Quand la photographie de mode embrasse le mysticisme & la spiritualité

Jeune photographe argentine autodidacte dĂ©couverte grâce Ă  fubiz, Antonnella Arismendi a dĂ©marrĂ© une activitĂ© de photographe professionnelle depuis seulement 2 ans. Son travail a attirĂ© l’oeil xuluxien pour plusieurs raisons, mais principalement parce qu’il s’enracine dans un ressenti et sensibilitĂ© assez tranchĂ©s. SpiritualitĂ©, mysticisme voire occultisme sont au rendez-vous Ă  travers sorcières, pentagrammes, tĂŞte de mort et autres rĂ©jouissances. Antonnella ne manque pas d’aborder des sujets sensibles, voire dĂ©rangeants comme la grippe A dans sa sĂ©rie nommĂ©e très ironiquement « porcina », dans laquelle un masque portĂ© par une jeune femme nous rappelle Ă©trangement un certain sujet brulant de l’actualitĂ©… On reconnaĂ®tra aussi des thèmes rencontrĂ©s dans le conte, comme la princesse dans sa tour d’ivoire qui laisse tomber ses cheveux pour ĂŞtre sauvĂ© ou la disproportion de taille entre une personne et son environnement. Alice au pays des merveilles, MicromĂ©gas, ou Raiponce, la princesse aux longs cheveux des contes de Grimm. L’imaginaire des contes et autres lĂ©gendes semble ĂŞtre une grande source d’inspiration pour Antonella.


Il est quand mĂŞme a noter que les mises en situation sont toujours extrĂŞmement soignĂ©es tant en terme de maquillage que de coiffures, d’accessoires ou de vĂŞtements.
On retrouve une conception de l’esthĂ©tique très mode, très pub, et cela ne vous surprendra pas d’apprendre qu’Antonnella travaille notamment pour Rolling Stone, magazine Americain de pop-culture et dont l’un des cousins français est chronic’art. Un cĂ´tĂ© assez branchouille, assez lissĂ© pour taper dans l’oeil « publicisĂ© » du lecteur. Cependant, il n’empĂŞche que certains thèmes abordĂ©s remettent le spirituel, les mythes et autres concepts Ă©chappant Ă  la volontĂ© maladive de contrĂ´le total de l’Homme sur le tapis. Le piĂ©destal sur lequel trĂ´ne la raison froide depuis trop longtemps va-t-il enfin tomber ?

commentaires : 5Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace

5 réponses


  1. Difficile de ne pas rester subjectif face à tant de finesse conceptuel et de sensibilité graphique.
    Un jeu de symbolique spirituel Ă©patant, une composition et un univers qui nous amène au-delĂ  de l’image afin de nous transcender.

    Un travail soignĂ© et rĂ©flĂ©chit, marque d’une inspiration crĂ©ative hors du commun.

  2. L’article est interessant et de très belle photo d’Antonella.

  3. Je connais son travail depuis quelque annĂ©es maintenant. Ce qui m’avais frappĂ© au dĂ©but, c’Ă©tais la composition et la mise en scène de ses images, tantĂ´t froide, tantĂ´t très sombre, parfois très poĂ©tique, parfois le tout Ă  la fois.

    J’aime bien entendu l’inspiration très Ă©sotĂ©rique de ses photos. L’imaginaire des contes et lĂ©gendes apporte beaucoup de spontanĂ©itĂ© et de rĂŞve dans un monde ou tout est droit et rigide.

    Son portfolio Ă  Ă©galement Ă©voluĂ©, je constate avec surprise qu’elle s’est un peu calmĂ©e par rapport Ă  une Ă©poque ou il devait y avoir plus de rĂ©bellion dans sa vie.

  4. Je connaissais pas du tout le travail d’Antonnella Arismendi. Je trouve ses clichĂ©s très poĂ©tiques et d’une grande qualitĂ©.

    J’avoue cependant que l’Ă©cran d’ordinateur me laisse lĂ©gèrement sur ma fin…Un peu comme les tableaux dans les livres d’expositions. Elle expose ?

  5. Alors j’ai cherchĂ© pour essayer de dĂ©busquer une Ă©ventuelle galerie ou on pourrait trouver ses Ĺ“uvres, mais je n’ai rien trouvĂ©. MĂŞme en Argentine…
    Mais qui sait, peut-ĂŞtre exposera-t-elle d’ici quelques annĂ©es quand son Ĺ“uvre sera encore plus fournie. J’aimerais aussi beaucoup voir des tirages, dans une belle galerie, pour voir comment elle les mettraient en scène et non le rendu sur Ă©cran mais sur papier.

Réagir au sujet