philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Le comportement humain découle de trois sources principales: le désir, l'Émotion et la connaissance.   {Platon}

Dimanche 8 mars 2009{par Autres contributeurs}

Les hommes se cachent pour sourire. | par Jeez

sourire

« Un sourire est souvent l’essentiel. On est payĂ© par un sourire. On est rĂ©compensĂ© par un sourire. »
Antoine de Saint-Exupéry

Souvenir d’un sourire, miroir de notre humanitĂ©, Ă©trange langage universel qui n’a aucune valeur matĂ©rielle, mais qui vaut de loin toutes les richesses.

Est-ce la pudeur qui nous rend si inexpressif ou l’homme a-t-il oubliĂ© cette preuve d’amour de la vie ?

Peur de sourire Ă  l’autre, peur de s’ouvrir Ă  l’autre, peur de l’autre, peur d’ĂŞtre dĂ©pouillĂ© de notre intimitĂ©, peur que l’on nous vole ce trĂ©sor que l’on ne garde que pour nous, certains gĂ©nĂ©reux les partagent en famille ou entre amis sans compter tel un banquet de joie jusqu’Ă  perdre l’authenticité affective, sombrer dans le sourire commercial.

Le sourire commercial, sourire rendu …dans l’attente de l’autre.
L’opposĂ© de la gĂ©nĂ©rositĂ©, du vrai sourire donnĂ©, mais jamais repris.

Je me rappelle de ces gens qui se cachent pour sourire, mettent leurs mains devant comme pour Ă©viter qu’il s’envole, peur qu’on le leur dĂ©robe, peur d’ĂŞtre vulnĂ©rable face Ă  l’autre.

Et je me souviens de ces gens qui dĂ©tournent le regard lorsqu’ils croisent un sourire, comme si on leur demandait un service, comme si on leur mendiait de l’argent, comme si on leur demandait de payer cet acte…

De nos jours lorsque les gens croisent une personne souriante, elles le prennent pour un fou, ou simplement une personne ivre.
La normalitĂ© rime avec l’expressivitĂ©, il faudrait ĂŞtre fou pour ĂŞtre humain…

Mais je continuerais de sourire, continuerais Ă  croiser des regards Ă  la recherche d’autres fous non pas pour me sentir moins seul, mais pour pouvoir me sourire Ă  moi-mĂŞme avant de quitter ce monde.

Je prĂ©fère vivre et mourir humain que survivre le plus longtemps possible en fermant les yeux, on n’arrĂŞte pas le progrès, mais nous n’avançons plus.

Nous poussons toujours plus loin la technologie alors que nous sommes devenus les plus avancés des robots.

commentaires : 3Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace

3 réponses


  1. Un sourire …

    Voila une chose devenu rare de nos jours. Presque un cadeau, une
    rĂ©compense. Comment peut on encore sourire lorsque l’inĂ©vitable rĂ©alitĂ©
    de la vie vous harponne de plein fouet. Les douleurs, les chagrins, les dĂ©ceptions. Comment reprendre un jour l’envie de continuer lorsque tout semble s’arrĂŞter. J’ai en tĂŞte cette image criante de vĂ©ritĂ© qui illustre
    Ă  quel point la vie n’est qu’une succession de feu tricolore. Parfois
    le feu est vert et l’on avance, parfois orange et on ralentit, parfois
    rouge et on stagne. J’ai toujours cette impression que le feu est rouge
    dans les trois cercles. Comme si le temps Ă©tait suspendu, que les autres
    avancent et s’en vont pendant qu’on reste la, contemplant nos regrets.

    Sourire montre que l’on est heureux, en façade ou en coulisse. Mais
    sourire ne me rend pas heureux. Parce que derrière ce bonheur éphémère
    se cache une tout autre vĂ©ritĂ©, profonde et indĂ©celable. Sourire est une image, qui parfois se reflète mais c’est aussi un miroir. La question est de savoir ce qu’il y a derrière ce miroir.

    Voila longtemps que j’ai perdu l’envie de sourire, mais je continue
    de le faire. C’est un geste devenu automatique, un rĂ©pondeur visuel qui
    montre aux autres ce qu’ils veulent voir et non pas ce qu’ils devraient
    voir. Je ne me souviens pas de la dernière fois oĂą j’ai vraiment eu
    envie de sourire.

    Alors que faire ? Avoir l’air triste Ă  longueur de temps ? Ou bien
    faire comme tout le monde. J’ai fais un autre choix. Celui de sourire,
    non pas aux autres mais Ă  la vie. Pour ce qu’elle m’apporte, de triste
    ou de joyeux. Peu importe. La vie est réellement trop courte.
    Aujourd’hui, je n’ai pas eu envie de sourire, j’ai eu envie d’Ă©crire.
     "Celui qui ne pleure pas, ne voit pas". Les Hommes ne se cachent pas
    pour sourire mais ils se cachent pour pleurer mais ne trouvant pas
    comment se cacher, la vie leur donna le sourire.

  2. Bravo pour ce bel article , Jeez, car il donne de l’espoir: oui, il y a encore des gens qui veulent continuer Ă  sourire, car sourire c’est donner, c’est aimer, c’est aller vers l’autre, c’est entrer en contact comme ça, simplement, pour le plaisir. J’Ă©coute souvent la très belle chanson de Florent Pagny " savoir aimer" . Dommage qu’on ne l’entende pas dans le mĂ©tro!!!

  3. J’ai vu rĂ©cemment cette vidĂ©o : http://www.culturepub.fr/videos/absolut-vodka-hugs.html qui m’a fait beaucoup pensĂ© Ă  ce billet :)

Réagir au sujet