philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Vivre, c'est naître lentement. Il serait un peu trop aisé d'emprunter des âmes toutes faites !    {Antoine de Saint-Exupéry}

Jeudi 7 mai 2009{par Vincent}

Hey Jude | Trafalgar square


Le 30 Avril dernier, au cĹ“ur de Londres Ă  Trafalgar square, un Ă©vĂ©nement hors du commun s’est produit. 13 500 personnes (rĂ©unies grâce Ă  Twitter, Facebook et Youtube) ont de manière spontanĂ©e (mais orchestrĂ©e auparavant… par Saatchi&Saatchi) chantĂ© Ă  l’unisson Hey Jude, l’un des mythiques titres de Beattles. T-mobile avait dĂ©jĂ  orchestrĂ© il y a quelques semaines un autre buzz Ă  Liverpool Street Station. Pour ma part, je trouve très beau ce moment entre humains qui n’ont pas l’air de tricher mĂŞme si tout ça est prĂ©vu en amont par nos cher amis du marketing et de la publicitĂ©… On sent bien qu’un besoin de communautĂ©, de rassemblement et d’Ă©change dans nos sociĂ©tĂ©s est au travail derrière une telle scène, qui renvoie d’ailleurs aux rassemblements des concerts. Mais voilĂ , quelle est l’intention originelle de cet Ă©vĂ©nement ? Vendre. Promouvoir. Faire du buzz autour de la marque.

T-mobile signe que la vie se partage (life’s for sharing)… et qu’ils sont lĂ  pour permettre cet Ă©change grâce Ă  leur technologie et leur service. Alors soit, les avancĂ©es technologiques, le progrès, la communication Ă  distance sont rĂ©ellement de belles avancĂ©s pour l’Homme, mais lĂ  messieurs, ce que vous montrez, ce avec quoi vous voulez nous charmer ne se fait pas par l’intermĂ©diaire d’un moyen technologique comme msn, un tĂ©lĂ©phone ou facebook… mais bien dans l’Ă©change actuel (Ă  l’opposĂ© du virtuel, qui lui est dĂ©fini par la scolastique du moyen âge comme un ĂŞtre ou une chose n’ayant pas d’existence actuelle, c’est-Ă -dire dans les faits tangibles, mais seulement un Ă©tat potentiel susceptible d’actualisation) entre individus. Une intention toute moderne, dĂ©guisĂ© derrière un Ă©motionnalisme de rigueur en rĂ©gime de buzz mais qui dit des choses sur le retour des affects et sur la place de l’autre dans cette Ă©poque dĂ©shumanisĂ©e.

commentaires : 3Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace

3 réponses


  1. Très touchant :°) Cependant, le cotĂ© complètement "programmĂ©" annule par dĂ©finition la spontanĂ©itĂ© et je trouve que d’un point de vue humain, lĂ  est toute la diffĂ©rence :s Ces gens ne seraient certainement jamais venu ici si on ne leur avait pas dit de le faire. Le fait d’ĂŞtre filmĂ© a du aussi accroĂ®tre cet engouement. Je n’ai rien contre les grands rassemblements populaire, surtout quand il s’agĂ®t de musique mais la publicitĂ© ne refera jamais Woodstock :p Bref, je trouve que la pub utilise bien trop souvent ce besoin d’appartenance Ă  une communautĂ© simplement pour faire du profit. Poudre au yeux, encore une fois :)

  2. waou… tu est un peu dur.

    C’est vrai que l’on peut arguer que la publicitĂ© n’a que des travers, mais elle peut aussi, parfois, avoir d’autres idĂ©es en tĂŞte. En tĂ©moigne les campagne "gratuite", d’image. On ne vends pas de produit, on vend une marque, une philosophie (parfois), un dĂ©sir d’appartenance.
    Si la publicitĂ© permet Ă  des personnes de se rassembler, n’est-ce pas une bonne chose ?
    Autrement dit, est-ce que le moyen importe, lorsque le but est atteint ?

  3. J’en avais entendu parler sur le net, mais je croyais que c’Ă©tait justement spontanĂ©. Je l’imaginais comme un Ă©vĂ©nement lancĂ© par une bande de potes qui ont commencĂ© Ă  chantĂ© puis prit Ă  parti quelques passants, jusqu’Ă  obtenir ce nombre de participants.Et en fait non, c’est une magouille "pub". Dommage.

Réagir au sujet