Pensée & société

Photos chocs sur les paquets de cigarettes et campagne publicitaire de la FNE

Écrit par Sonia

À partir du 20 avril prochain, les fabricants ne pourront plus livrer de paquets de tabac sans y faire figurer les photos qui leur ont été imposées par le ministère de la Santé. Destinées à décourager ou à alerter les fumeurs sur les conséquences désastreuses du tabac sur la santé, les premiers paquets de cigarettes photos-chocs font leur apparition deux mois avant l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation.

Un poumon cancéreux, le pied d’un cadavre, une dentition en sale état ou encore un goitre énorme d’un malade souffrant d’un cancer du larynx avec la mention « fumer peut entraîner une mort lente et douloureuse ». La photo, apposée sur la partie arrière du paquet n’est donc pas visible immédiatement, les buralistes choisissant l’autre face pour présenter les paquets.

Après la Belgique, la France sera donc le deuxième pays de l’Union Européenne à avoir recours à cette réglementation visant surtout à dissuader les plus jeunes de consommer des cigarettes en les exposant à des images choquantes.

Une efficacité à prouver

Les photos-chocs sont obligatoires dans une vingtaine de pays dans le monde, et à ce jour aucune étude d’impact n’a montré leur efficacité dans la lutte antitabac, a déclaré Yves Quevilly, porte-parole du groupe BAT (British American Tobacco) en France interrogé par l’AFP. « Ces photos gores sont destinées à dissuader les jeunes fumeurs. Or, dans l’industrie du cinéma ou de la musique, on introduit exprès des photos gore pour attirer les ados », a-t-il relevé, en indiquant que cette mesure risque d’être contre-productive. « Avant, quand un adolescent fumait, cela n’intéressait pas les autres, demain, on va regarder le paquet et sa photo-choc, qui vont circuler, cette mesure crée un vrai problème », a-t-il ajouté.

Le risque collection

Si les antitabac se réjouissent de leur apparition, des médecins s’inquiètent cependant de leur impact sur les plus jeunes. Le Dr Jean-Marc Plassard, responsable de l’unité de coordination de tabacologie du CHU de Grenoble, confiait sur Radio Bleue Isère avoir constaté chez les adolescents « un comportement de collection ou d’échanges de vignettes, et celui qui avait l’image la plus gore et la plus expressive était finalement mis en avant ». Dans les pays où ils sont déjà commercialisés, les paquets suscitent chez les plus jeunes, une course à l’image la plus gore. Souvenez vous, nous on collectionnait bien les images Panini (les Crados…). Étonnant ? Choquant ?

Ces nouveaux paquets feront-ils cependant reculer la consommation des fumeurs français ? Même si ces photos sont une contrainte supplémentaire et un argument de plus contre le tabac, aucune étude mondiale ne permet de dire à quoi s’attendre. Mais il n’est pas exclu que de telles images dissuadent certains fumeurs.

[poll id= »7″]

Contradictions françaises ?

Dans un pays ou l’on s’inquiète de la montée de la violence, n’est-il pas contradictoire de continuer a « désensibiliser » l’image choc, l’image trash, l’image gore ? Le paysage audiovisuel ne l’alimente t-il pas suffisamment ?

Pour continuer dans la contradictions, le gouvernement est prêt a apposer l’image choc sur les paquets de cigarette mais devient frileux devant la campagne du mouvement écologiste France Nature Environnement (FNE) qui regroupe 3.000 associations écologistes. La considérant « trop agressif », « scandaleuse », « caricatural » et « provocante ». Étonnant ? Choquant ?

Non, surtout quand notre président peut se vanter de dire en 2010 aux agriculteurs : l’environnement, « ça commence à bien faire ».

La FNE

campagne FNECliquez sur l’image pour voir les six affiches publicitaires de la FNE.

Pourtant ici aussi, il s’agit de la santé du consommateur. La campagne n’est pas seulement un coup de poing médiatique, mais c’est aussi l’occasion de proposer des solutions et d’ouvrir un dialogue. L’opération lancée par les écologistes, explique les pratiques néfastes de l’agriculture intensive sur trois thèmes : les importations d’OGM, les pesticides et les algues vertes.

A la demande de la régie publicitaire de la RATP (Métrobus) et de ???, trois des six affiches publicitaires ne sont pas placardées sur les quais des stations de métro. Face à ces réactions, la fédération écologiste crie à la censure et réclame que tous les visuels de la campagne soient réintroduits dans le métro. La justice avait pourtant tranché ! La FNE avait déjà obtenu gain de cause dans l’affaire qui l’opposait à deux organisations d’éleveurs. Elle devait pouvoir coller les six affiches de la campagne du 15 au 21 février dans le métro parisien (odéon, Saint-Lazare, Montparnasse). Et oui, en France on applique les décisions de justice…

–>> voir le site de la FNE pour plus d’informations : http://www.fne.asso.fr

À propos de l'auteur

Sonia

Cinéphile aguerri et amoureuse des Belles-Lettres, Sonia aime analyser et comprendre le monde qui l'entoure et bien au-delà. À la fois perfectionniste et curieuse, sa créativité lui permet de développer des créations personnelles et professionnelles, alliant outils artistiques traditionnels et outils numériques.

Graphiste freelance depuis plus de dix ans, elle a pu offrir ses services à de grandes entreprises, mais également servir des start-up innovantes, auxquelles elle offre un regard résolument moderne, technique et créatif.

Étudiante en Philosophie, elle a pour ambition de créer un pont entre la pop-culture et l’univers philosophique. Ainsi, Sonia, réussis le pari d’un syncrétisme audacieux, et promets de nous faire entrer dans son univers.

Commentaires

  • Pas étonnant que le responsable des lobbies anti-tabac cité dans l’article mette en doute les législations anti-tabac – quoique ce qu’il dit au sujet d’un risque d’émergence de collectionneurs de ces images trash est presque contradictoire : si ça fait au final augmenter les ventes, pourquoi s’en offusque-t-il ? C’est dans son intérêt.
    Pour ma part, j’ai le sentiment que le tabac est ni plus ni moins qu’une drogue au sens propre, au même titre que toutes celles que l’on connait tous (au moins de nom) mais qui sont pour leur compte mises hors jeu. Il y a autant de raisons aujourd’hui pour interdire le tabac qu’il y en a pour interdire d’autres drogues ; si le tabac continue d’avoir libre cours, c’est simplement, je pense, pour des raisons historiques et culturelles, qui rendent impossible une interdiction.
    J’ignore si ces images auront une influence ou pas. Je crois avoir entendu des spécialistes avoir dit que oui (désolé, je n’ai pas de référence sous la main). La question du sondage inclue dans l’article est « est-ce qu’elles permettront d’arrêter de fumer ? » et la réponse quasi unanime est « non ». Et en effet, pour avoir eu malheureusement l’occasion l’an passé d’avoir à visiter quotidiennement un pavillon où l’on traitait des cancers du poumon, où 95% des patients sont des sujets fumeurs, j’ai été très surpris de voir que cela n’empêchait en rien le personnel hospitalier de fumer, qui pourtant voit au jour le jour les ravages que cela cause.
    En revanche, pour qui n’a jamais fumé, peut-être cela renforce-t-il la volonté de ne jamais commencer ? En effet, si cela est foutu pour les fumeurs, que rien ne saurait dissuadé, peut-être cela influence-t-il ceux qui n’ont pas encore commencé

  • Je suis d’accord avec toi, Gnouros. En trainant aussi dans le milieu hospitalier personnellement ou professionnellement, j’ai noté exactement les mêmes choses.

    En surfant sur la toile je suis tombé sur un article, d’un livre de Thomas Szasz « la persécution rituelle des drogués, boucs émissaires de notre temps » je ne connaissais ni l’auteur ni le livre. Il traite du contrôle d’État de la pharmacopée. Je ne dis pas que je suis d’accord avec tout ce qu’il y a d’écrit dans l’article, qui reprend des passages de ce livre que je n’ai jamais lu. Mais ca nous permet d’avoir un autre point de vue, et de nous poser de nouvelles questions sur le contrôle de l’état et le lobbyisme pharmaceutique. Et donc ici de répondre d’une certaine façon aux questions d’interdictions de drogue. Le tabac étant clairement une drogue.

  • Point de polémique. Juste un grand coup de … ciseaux,  une piqûre….  d’aiguille, et un brin de fil rouge.
     
    Fumer c’est mal, nous le savons tous. La loi c’est la loi et nous devons tous nous y conformer. Donc le 20 avril prochain, les fumeurs découvriront leurs nouveaux paquets chocs et pas chics avec résignation. Des images qu’ils n’ont pas forcément envie de contempler toute la journée et encore moins d’exhiber sous les yeux de leur entourage.
    Ils pourraient en profiter pour arrêter de fumer me direz vous ! Ils pourraient. Certains le feront et je les en félicite sincèrement. D’autres ne le pourront pas.
     
    Les paquets de cigarettes n’étaient déjà pas jolis jolis (mis à part une certain paquet dû à un grand nom du pop art), rien à voir avec les superbes étiquettes de nos grands crus de Bordeaux. Pardon, j’ai dit pas de polémique !
     
    Enfin bref, vous m’avez comprise, je ne sortirai pas affublée le 20 avril de ces photographies réelles mais immondes.
    C’est pour moi, pour mes ami(e)s addicts que j’ai créé cette petite collection destinée à personnaliser les paquets de cigarettes. Je vous la présente en souhaitant qu’elle vous plaise. Et si par le plus grand des bonheurs vous ne fumiez plus ou pas, vous pourrez y glisser vos paquets de mouchoirs, en prévision de la prochaine grippe A.
     
    J’en reviens à mes chiffons : du lin, du coton, de la soie, des couleurs, du liberty, du batik etc… composent les  univers de cette petite collection artisanale.
     

  • Le communisme fait plus de morts que le tabac. Ne faudrait t’il pas ajouter sur les bulletins de votes de leurs candidats : Attention voter communiste peut tuer ?

Laissez un commentaire