philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi.   {Dalaï Lama}

Dimanche 27 mars 2011{par Marielle}

Rencontre & Nomadisme : xulux s’ouvre vers de nouveaux horizons

Nous sommes heureux de vous présenter notre nouvelle rubrique :
Rencontre & Nomadisme.
Des billets articulĂ©s autour de l’autre, du voyage, de la transmission [...] dans le but de partager des expĂ©riences, des Ă©motions, des moments de vie.

Bonne lecture !

L’Ă©quipe du xulux

commentaires : 2Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace


Pour faire le lien...

  • No Related Post

Vendredi 25 mars 2011{par Eddie}

Rencontre & Nomadisme #1 | Joshia

© Photos : Eddie Mittelette / Cliquez sur l’image pour l’image en grand

Un soir où nous étions avec tous les enfants de la communauté à l’ovale de football australien, Joshia s’éloigne du groupe, triste, ses pieds nus trainant sur la terre rouge. Il vient d’essuyer des moqueries par ses cousins et mis injustement à l’écart par la prof. Je le vois s’asseoir par terre, sa petite silhouette noire se détachant des maisons de tôle au loin, la tête pointant vers le sol. Pendant que les autres s’amusent, je le rejoins tranquillement et m’assois près de lui, je le regarde en silence, il tamise la terre brulante avec sa main, son profil se dessine à mesure que le soleil descend sur l’horizon derrière lui, donnant à ses cheveux duveteux et raides un reflet doré, presque sacré. Des larmes sèches collent ses yeux, sa bouche ronde est comprimée et il me regarde enfin, me fait son sourire habituel, comme si tout ses soucis étaient si vite oubliés.

« Regarde, je vais t’apprendre à faire l’empreinte de pas de l’émeu… », me dit-il. Il rejoint ses mains et fait ressortir ses deux auriculaires vers le bas pour imprimer deux petites traces allongées sur le sable. Sans un mot je l’imite, suis exactement ses instructions et réussi presque aussi bien que lui les empreintes de l’étrange oiseau sans ailes. Mes félicitations l’encouragent à continuer avec le kangourou, deux traces parallèles et allongées, puis par la dinde sauvage, le serpent et le dingo, chien sauvage du désert australien. Des animaux pour la plupart totémiques qui font partie de son patrimoine spirituel, de sa vie. Plus tard et grâce à ses connaissances déjà précoces il les chassera lui-même pour manger, faire perdurer et transmettre à son tour cet héritage riche et fragile, oralement transmis par les anciens.

On se regarde, il se confie à moi comme à un ami. Nous avons 25 ans d’écart et une culture aux antipodes, mais nous nous comprenons, il sait qu’il a ma protection. Je sais que j’ai sa confiance. Demain matin je devrai charger mon vélo à nouveau et repartir vers le nord, sur cette piste rouge qui n’en fini pas à travers ce pays désertique. Je devrai laisser mon jeune ami à sa vie pour continuer la mienne.
Nous revenons vers le groupe, tout le monde s’installe Ă  l’arrière du 4×4 pour rentrer. Le soleil est maintenant très bas, les derniers rayons percent Ă  travers les vitres sales. Il grimpe sur la banquette pour se blottir contre moi et dans un Ă©lan de vengeance espiègle, jure en direction des moqueurs, le visage cachĂ© derrière mon bras, tĂ©mĂ©raire et fort de ma protection. Il lève les yeux vers moi et un lĂ©ger sourire se dessine Ă  la commissure de ses lèvres assĂ©chĂ©es.

Rencontre & Nomadisme / Joshia© Photos : Eddie Mittelette / Cliquez sur l’image en grand

La première fois que j’ai croisé le regard de Joshia, c’est au moment du petit déjeuné. Je lui ai dit bonjour, il m’a répondu d’un oeil curieux et lointain. Je lui ai servi son jus de carotte et rempli son assiette de pâtes bolognaises accompagnée de son petit pain bio. Il a dû se demander ce que ce blanc faisait là. Il s’est éloigné en me regardant de temps à autres du coin de l’oeil. Ce régime, c’est pour lui, pour son bien, car dans sa famille il est un peu livré à lui même pour son équilibre nutritionnel. Son univers est rouge, poussiéreux et chaud. Il partage une grande maison en préfabriqué avec ses frères, ses cousins et cousines, sa mère. Pourtant tous les soirs, il prend place autour du feu pour prendre son dîner et s’endort sous les étoiles.
Du haut de ses 6 ans, Joshia est un petit nomade Aborigène d’Australie Occidentale, un « Martu », et il vit actuellement dans la communauté de « Karntimarta », dans la région du Pilbara. Il parle le Martu, le Nyangumarta et l’anglais. Son groupe de peau est « Panaka ».

© Photos : Eddie Mittelette

C’est pour Joshia, Glenisha, Little Clarrie, Kimarl et les autres… c’est pour vivre ça que trois mois plus tôt je suis arrivé à Karntimarta sur mon vélo, à 3200 km de Perth, aux portes du « Grand désert de sable ».
Ces enfants sont fascinants.

commentaires : 3Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace


Jeudi 10 mars 2011{par Sonia}

Les textopolitains débarquent dans le métro

L’opĂ©ration Ă  commencĂ© le 9 mars sur la ligne du tramway T3. Les voyageurs reçoivent un mystĂ©rieux petit carnet contenant dix messages et des messages inĂ©dits distribuĂ©s par des agents et comĂ©diens sur les lignes qui mènent au Salon du livre.

Tout ce que vous avez toujours rêvé de dire à votre voisin de strapontin ??

 

« Notre histoire touche Ă  sa fin… je descends lĂ . », « Vous me faites lire ! », « Ca a l’air bien… Vous me le conseillez ? » Les transports en commun, pourtant lieux de promiscuitĂ©, sont devenus des lieux relativement anonymes.

Ă€ l’occasion du Salon du livre de Paris du 18 au 21 mars 2011 et de la parution des Textopolitains d’Anne Cazaubon, les Éditions Casterman et la RATP lancent un Textopolitain spĂ©cial Salon du livre. Un carnet de 10 messages autour de la lecture, Ă  glisser Ă  vos voisins de strapontin. Avec ce petit carnet, on vous propose en gardant le silence, d’Ă©changer, de communiquer dans les transports.

LE CONCEPT EN DETAIL, c’est quoi un textopolitain ?

Derniers-nĂ©s de la collection Cause Toujours, dirigĂ©e par Claire FaĂż, les Textopolitains sont des petits livres dĂ©tachables qui servent Ă  semer autour de soi des messages, des clins d’oeil… Deux livres, pour deux thèmes Ă  paraĂ®tre le 18 mars 2011 :

T 1 – Tout ce que vous avez toujours rĂŞvĂ© de dire Ă  votre voisin de strapontin
T 2 – Tout ce que vous n’avez jamais osĂ© avouer Ă  votre voisin de strapontin

L’auteure Anne Cazaubon connaĂ®t bien le monde du silence pour l’avoir cĂ´toyĂ© lorsqu’elle Ă©tait interprète en Langue des Signes Française. Devenue journaliste de radio et de tĂ©lĂ©vision, elle s’efforce de tendre son micro vers ceux que l’on n’entend pas. Elle distribue des Textopolitains au quotidien pour semer des messages. « Vous avez un truc entre les dents », « j’adore votre profil… il est sur facebook ? », « Alors ce Sudoku… le compte est bon ? », « Ceci est un ticket avec moi ! »…

Simple opĂ©ration commerciale ? Ou volontĂ© de rĂ©inventer la communication au quotidien pour sortir du monde du silence ? Il est difficile de ne pas se poser de question, au vu de la superficialitĂ© des messages. Si on arrive Ă  dĂ©crocher des sourires, on pourrait peut ĂŞtre se dire que l’opĂ©ration est rĂ©ussie.

–> Vous avez dĂ©jĂ  reçu un textopolitain, laissez nous vos impressions

Retrouvez ces carnets et messages délivrés par des comédiens et agents RATP :

  • le 9 mars sur la ligne du Tramway T3
    (entre Pont du Garigliano et Porte de Vanves) de 10h Ă  12h et de 14h Ă  16h.
  • le 10 mars sur la ligne de bus 80
  • le 11 mars sur la ligne de Tramway T2
    (entre Porte de Versailles et La DĂ©fense) de 13h Ă  17h.
  • le 12 mars sur la ligne 12 du mĂ©tro
    (entre Sèvres-Babylone et Porte de Versailles) de 13h à 17h.
Les carnets seront disponibles aux stations suivantes du métro ligne 12, du 14 au 18 mars : Rue du bac, Rennes, Notre-Dame des Champs, Sèvres Babylone, Convention, Vaugirard, Porte de Versailles.

 

commentaire : 1Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace


Samedi 19 fĂ©vrier 2011{par Sonia}

Photos chocs sur les paquets de cigarettes et campagne publicitaire de la FNE

Ă€ partir du 20 avril prochain, les fabricants ne pourront plus livrer de paquets de tabac sans y faire figurer les photos qui leur ont Ă©tĂ© imposĂ©es par le ministère de la SantĂ©. DestinĂ©es Ă  dĂ©courager ou Ă  alerter les fumeurs sur les consĂ©quences dĂ©sastreuses du tabac sur la santĂ©, les premiers paquets de cigarettes photos-chocs font leur apparition deux mois avant l’entrĂ©e en vigueur de la nouvelle rĂ©glementation.

Un poumon cancĂ©reux, le pied d’un cadavre, une dentition en sale Ă©tat ou encore un goitre Ă©norme d’un malade souffrant d’un cancer du larynx avec la mention « fumer peut entraĂ®ner une mort lente et douloureuse ». La photo, apposĂ©e sur la partie arrière du paquet n’est donc pas visible immĂ©diatement, les buralistes choisissant l’autre face pour prĂ©senter les paquets.

Après la Belgique, la France sera donc le deuxième pays de l’Union EuropĂ©enne Ă  avoir recours Ă  cette rĂ©glementation visant surtout Ă  dissuader les plus jeunes de consommer des cigarettes en les exposant Ă  des images choquantes.

Une efficacité à prouver

Les photos-chocs sont obligatoires dans une vingtaine de pays dans le monde, et Ă  ce jour aucune Ă©tude d’impact n’a montrĂ© leur efficacitĂ© dans la lutte antitabac, a dĂ©clarĂ© Yves Quevilly, porte-parole du groupe BAT (British American Tobacco) en France interrogĂ© par l’AFP. « Ces photos gores sont destinĂ©es Ă  dissuader les jeunes fumeurs. Or, dans l’industrie du cinĂ©ma ou de la musique, on introduit exprès des photos gore pour attirer les ados », a-t-il relevĂ©, en indiquant que cette mesure risque d’ĂŞtre contre-productive. « Avant, quand un adolescent fumait, cela n’intĂ©ressait pas les autres, demain, on va regarder le paquet et sa photo-choc, qui vont circuler, cette mesure crĂ©e un vrai problème », a-t-il ajoutĂ©.

Le risque collection

Si les antitabac se rĂ©jouissent de leur apparition, des mĂ©decins s’inquiètent cependant de leur impact sur les plus jeunes. Le Dr Jean-Marc Plassard, responsable de l’unitĂ© de coordination de tabacologie du CHU de Grenoble, confiait sur Radio Bleue Isère avoir constatĂ© chez les adolescents « un comportement de collection ou d’Ă©changes de vignettes, et celui qui avait l’image la plus gore et la plus expressive Ă©tait finalement mis en avant ». Dans les pays oĂą ils sont dĂ©jĂ  commercialisĂ©s, les paquets suscitent chez les plus jeunes, une course Ă  l’image la plus gore. Souvenez vous, nous on collectionnait bien les images Panini (les Crados…). Étonnant ? Choquant ?

Ces nouveaux paquets feront-ils cependant reculer la consommation des fumeurs français ? MĂŞme si ces photos sont une contrainte supplĂ©mentaire et un argument de plus contre le tabac, aucune Ă©tude mondiale ne permet de dire Ă  quoi s’attendre. Mais il n’est pas exclu que de telles images dissuadent certains fumeurs.

Les photos "choc" sur les paquets de cigarettes vous feront-elles arrĂŞter de fumer ?

Loading ... Loading ...

Contradictions françaises ?

Dans un pays ou l’on s’inquiète de la montĂ©e de la violence, n’est-il pas contradictoire de continuer a « dĂ©sensibiliser » l’image choc, l’image trash, l’image gore ? Le paysage audiovisuel ne l’alimente t-il pas suffisamment ?

Pour continuer dans la contradictions, le gouvernement est prĂŞt a apposer l’image choc sur les paquets de cigarette mais devient frileux devant la campagne du mouvement Ă©cologiste France Nature Environnement (FNE) qui regroupe 3.000 associations Ă©cologistes. La considĂ©rant « trop agressif », « scandaleuse », « caricatural » et « provocante ». Étonnant ? Choquant ?

Non, surtout quand notre prĂ©sident peut se vanter de dire en 2010 aux agriculteurs : l’environnement, « Ă§a commence Ă  bien faire ».

La FNE

campagne FNECliquez sur l’image pour voir les six affiches publicitaires de la FNE.

Pourtant ici aussi, il s’agit de la santĂ© du consommateur. La campagne n’est pas seulement un coup de poing mĂ©diatique, mais c’est aussi l’occasion de proposer des solutions et d’ouvrir un dialogue. L’opĂ©ration lancĂ©e par les Ă©cologistes, explique les pratiques nĂ©fastes de l’agriculture intensive sur trois thèmes : les importations d’OGM, les pesticides et les algues vertes.

A la demande de la rĂ©gie publicitaire de la RATP (MĂ©trobus) et de ???, trois des six affiches publicitaires ne sont pas placardĂ©es sur les quais des stations de mĂ©tro. Face Ă  ces rĂ©actions, la fĂ©dĂ©ration Ă©cologiste crie Ă  la censure et rĂ©clame que tous les visuels de la campagne soient rĂ©introduits dans le mĂ©tro. La justice avait pourtant tranchĂ© ! La FNE avait dĂ©jĂ  obtenu gain de cause dans l’affaire qui l’opposait Ă  deux organisations d’Ă©leveurs. Elle devait pouvoir coller les six affiches de la campagne du 15 au 21 fĂ©vrier dans le mĂ©tro parisien (odĂ©on, Saint-Lazare, Montparnasse). Et oui, en France on applique les dĂ©cisions de justice…

–>> voir le site de la FNE pour plus d’informations : http://www.fne.asso.fr

commentaires : 4Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace


Dimanche 13 fĂ©vrier 2011{par Marielle}

Saint-Valentin ou Saint-Hermès ?

Voici venu le temps pour tous les amoureux de fĂŞter l’Amour avec un grand A. Mais attention vous n’avez que 24h. Avant de servir de prĂ©texte pour augmenter son chiffre d’affaire la Saint-Valentin est une fĂŞte symbolique. Elle vĂ©hicule un message profond : Le droit et la joie d’aimer et d’être aimĂ©.

Pour mieux comprendre les origines de cette célébration revenons quelques siècles en arrière.

Tout d’abord dans la mythologie romaine oĂą Ă  cette saison on pratiquait le rite des Lupercales. Il avait comme objectif de faire jaillir la bienveillance et la fĂ©conditĂ© de la nature sur la citĂ©. Les sacrifices d’animaux dans un premier temps et les festivitĂ©s ensuite, se faisait sous la protection de Faunus Lupercus (Faunus du latin favere signifiant le bon, le favorable et lupercus de Lupus, loup), Dieu fertile et protecteur des troupeaux. Les banquets avaient Ă©galement pour vocation, suivant la lĂ©gende, de rĂ©unir un jeune homme et jeune femme grâce Ă  une « loterie amoureuse » sous le regard bienfaiteur de Junon, dĂ©esse du Mariage. Ensuite dans la mythologie grecque, le mois de GamĂ©lion est consacrĂ© au mariage sacrĂ© de Zeus et de HĂ©ra. Il se situe dans la mĂŞme pĂ©riode que le jour de la Saint-Valentin. Enfin ce n’est que sous le règne de Claude II le gothique (10 mai 214 – aoĂ»t 270 ) que l’on voit apparaitre le nom de Valentin. Valentin est prĂŞtre, Valentin est romain et vit au IIIe siècle. Claude II le Gothique, lui, est alors empereur. Il mène durant son court règne nombre d’hommes en campagnes militaires. PersuadĂ© que les hommes mariĂ©s sont moins performants, il interdit le mariage. Mais les jeunes gens continuent Ă  recevoir en secret la bĂ©nĂ©diction du mariage, grâce au fameux prĂŞtre Valentin. Cela ne durera pas longtemps. Il fĂ»t arrĂŞtĂ© et mis en prison. On pense Ă©galement que l’origine des mots doux viendrait de sa rencontre avec la fille du geĂ´lier dont il tomba sous le charme et avec laquelle il Ă©changea quelques mots tendres, signĂ©s bien Ă©videmment « ton Valentin ».

Mais que reste-t-il de tout ceci ? On profite de la saint-Valentin pour montrer de façon ostentatoire qu’on aime, parce que c’est le jour, parce que c’est programmĂ©. Une fois par an, on donne tout et puis le lendemain on retourne Ă  notre quotidien. On oublie qu’aimer est une construction de chaque instant, dans l’effort et la durĂ©e. On le rĂ©sume, ce jour lĂ , Ă  des roses et des bijoux. Et  les commerçants sont lĂ  pour vous y encourager.  En exemple, le vin Saint-Amour, bien Ă©videment de circonstance « AndrĂ© Lasagne, propriĂ©taire rĂ©coltant de ce beaujolais ne cache pas que son chiffre d’affaire augmente de 25% Ă  la Saint-Valentin :  les vingt mille bouteilles conçues spĂ©cialement pour cette fĂŞte partent donc comme des petits pains» [Cigale : Paris EnquĂŞte Saint Valentin Le business de la Saint Valentin]

On en profite au passage pour rappeler aux cĂ©libataires que personne n’est lĂ  pour partager cette jolie fĂŞte avec eux. Certains(es) pratiquent alors la chasse Ă  l’amour durant le mois de janvier via internet et les sites de rencontre qui voit le taux de connexion grimper en flèche. On l’aura compris le vieil adage « mieux vaut ĂŞtre seul que mal accompagné » est tout simplement lui aussi, oubliĂ©. Cela dit nous pouvons tout de mĂŞme en tirer une bonne chose : la crĂ©ativitĂ©. Car c’est le jour ou il faut se surpasser, vous prouver Ă  vous Messieurs & Mesdames, que vous avez fait le bon choix.

Mais  même si l’on peut lui reprocher d’être devenue, comme Noël, une fête du commerce elle est pourtant bien utile. Elle nous permet dans une société ou tout va de plus en plus vite, de prendre le temps. Prendre le temps de partager un bon moment avec la personne que l’on aime, prendre le temps de se poser et de regarder le chemin parcouru avec ceux qui nous sont chers. Profitons alors de ce jour pour ce remémorer ce qu’elle est dans l’essentiel : la fête de l’Amour, simple et vrai.

commentaires : 2Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace