Musique

Grand corps malade | Education nationale

Je voulais partager cette vidéo avec vous. Elle met en scène un texte écrit par grand corps malade et pose un état des lieux de l’éducation nationale. Cette formulation mérite d’être entendue. Je vous réinvite à participer au débat sur la réforme des universités qui se déroule sur xulux.fr en suivant ce lien.

À propos de l'auteur

Vincent

Curieux, posé et réflechi Vincent est attaché au travail bien fait. Il suit avec une grande curiosité les évolutions du monde dans tous les grands domaines : écologie, économie, politique, arts, littératures, société, éthique, justice, enseignement, santé, transport, communication.

Il considère qu'un designer doit être ouvert, passionnément curieux du monde dans lequel il vit et engagé pour alimenter sa créativité, être pertinent et éthique. Les enjeux sont grands pour les générations futures et tout le monde a un rôle à jouer et une responsabilité.

Co-créateur de l’atelier de design nun, il s'attache a travailler sur des projets dont la forme est au service du fond, qui sont porteurs de sens et dans les domaines des sciences, du luxe, de la pédagogie, de la culture et des arts.

Enseignant et directeur d'e-artsup Strasbourg, une école de création numérique, la transmission de savoir-faire et de savoir-être aux jeunes générations est centrale à ses yeux.

1 Commentaire

  • Magnifique façon de faire passer un message… Comme d’habitude, Grand Corps Malade excelle dans la sobriété. Aucun artifice dans sa voix ni dans ses chansons. Ne reste donc que le message.

    "ne laissons pas se creuser le fossé d’un enseignement à deux vitesses"

    Il est vraiment dans le juste lorsqu’il soulève le problème des mots "Zone d’Éducation Prioritaire". Sur le blog xulux nous étudions le sens des mots, il serait bien que les personnes concernées de loin ou de près comprennent la force de ces mots.

    "y’a pas d’éducation nationale y’a que des moyens de survie locaux"

    Ca c’est clair, on remarque déjà des grandes disparités dans les collèges/lycées, alors ne parlons même pas de la privatisation en cours du système scolaire/universitaire. Les réformes sont nécessaires, c’est une évidence, mais ne remuons pas les mêmes recettes libérales qui nous ont mises dans la situation dans laquelle nous sommes. Réinventons l’école et surtout donnons les moyens de le faire. Plutôt que de "fliquer" les élèves pour éviter qu’ils commettent des dégradations ou des agressions, pourquoi ne pas s’occuper d’eux, et chercher de vrais solutions ?
    Bien évidemment, et comme toujours, le petit peuple ne peut pas y faire grand chose, et nos élus s’en préoccuppent-ils ? et surtout les personnes au Pouvoir prennent-elles réellement la mesure de ce qu’elles créent ?
    La phrase qui résume le mieux cet état est à mon avis celle-ci :

     "comment peut-on faire des économies sur l’avenir de nos enfants ?"

Laissez un commentaire