philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Rêve de grandes choses : cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites.   {Jules Renard}

Dimanche 22 mars 2009{par Autres contributeurs}

Bob l’éponge, roi de la procrastination | par Camille2

Tout le monde procrastine à un moment ou à un autre, pour certains comme moi c’est un mode de vie. Quelle ne fut pas ma surprise ce matin en constatant que cette attitude touchait maintenant nos héros de dessin animé.

Oui, Bob l’éponge procrastine dans un de ses épisodes. Prenons Bob en exemple pour expliquer plus en détail la procrastination.

Au lieu d’écrire sa rédaction de 800 mots, Bob va tout faire pour fuir cette tâche. D’abord il décide de faire son travail de manière très déterminée, il pose une feuille blanche sur la table, taille correctement son crayon, et s’installe confortablement sur sa chaise. Puis arrivent de manière totalement fortuite des particules invisibles qui le dérangent, il se bat contre elles, essaye de les chasser, va prendre un verre d’eau car il a avalé l’une d’entre elles et en profite pour se faire à manger. C’est le début du report sans aucune bonne raison. Bob n’arrive pas à oublier sa rédaction, constate les désavantages de ce report et retourne à sa table. Mais le procrastinateur a toujours une bonne excuse ou quelque chose de plus important à faire pour continuer à fuir la tâche à réaliser, comme d’aller ouvrir au facteur (qui vient juste de sonner à la porte, comme par hasard pile au moment où Bob allait commencer sa rédaction…) et d’engager la conversation avec lui (ce ne serait pas poli de le laisser partir comme ça). Bob en profite pour parlementer avec son escargot, pour regarder la télévision, et sa plus grande erreur : pour allumer une bougie. Puis, étape classique de la procrastination, les remords arrivent et Bob décide enfin de retourner à sa table pour écrire sa rédaction. Les éléments sont toujours contre le procrastinateur, la fameuse table se trouve ainsi comme par hasard être de plus en plus loin, à l’opposé de la maison. Mais le courageux Bob, qui rapetisse inexorablement, arrive à se hisser sur sa chaise au vue d’un effort incroyable et parvient enfin près de sa feuille adorée pour s’apercevoir que son pantalon en a profité pour s’échapper et sortir de la maison. Pulsion logique du procrastinateur, Bob court rattraper son pantalon et se crée ainsi une excuse invraisemblable qui lui permet de repousser son travail encore et toujours. La porte se referme derrière lui et le bloque à l’extérieur pendant que la bougie fond et laisse sa flamme brûler la table et la rédaction (chose originale, le procrastinateur à souvent un chien qui mange sa rédaction, ici Bob a choisi le feu), et en profite pour attaquer toute la maison.
Heureusement ceci n’était qu’un rêve et Bob se réveille devant sa feuille blanche 5 minutes avant le début des cours. Au dernier instant, Bob, plongé dans le remord et la culpabilité, écrit frénétiquement sa rédaction et court pour la rendre à temps. Cette dernière étape, le procrastinateur la confond souvent avec le travail, et il arrive même qu’il ne rende jamais son devoir, car il voudrait que celui-ci soit parfait.
Ne désespérons donc pas, la procrastination arrive au meilleur d’entre nous, et il est possible de s’en sortir avec de la volonté, de la patience, et des efforts qui tiennent sur la durée. L’histoire ne dit pas si Bob recommencera à procrastiner, la suite au prochain épisode…

commentaires : 8Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace

Pour faire le lien...

8 réponses


  1.  Salut camille2,Juste une petite question pour toute l’équipe qui n’a rien à voir avec ton article sur la procrastination, (mais je suis tout comme toi fan de Bob l’éponge et de son ami Patrick, l’étoile de mer!).Dans votre magazine en ligne xulux, numéro 0, pourquoi avoir mis en couverture une photo de "this is england" (film qui est tout simplement magnifique et perturbant à la fois), et parler de "hooligan" en pages intérieures? car les deux films, hormis le thème de la violence et de la haine raciale, ne se déroulent pas dans le même contexte social, traitent de protagonistes différents. Ou alors j’ai loupé un truc!A+ tout le monde 

  2. Salut Cedo ! Pour répondre à ta première question le xulux n°0 devait aussi traiter de "this is England" mais l’article ne s’est pas fait au final. Les deux films traitent de sujet et de notions qui ne sont pas si éloignés. Peut-être qu’il serait interessant prochainement de traiter ce film dans un futur billet sur le blog. 

  3. Vincent> Ah c’est clair qu’on sort complètement retourné de ces deux films. Petite préférence pour "This is england" et en particulier par le jeu d’acteur du gosse mais "hooligans" est terrible aussi. Alors j’attends votre billet ! ^^ 

  4. Yeaah ! bob est un super procrastinateur! D’ailleurs, Camille, tu as oublié …. Rien que le fait même de bien tailler son crayon… avant d’essayer d’entammer sa rédac’… et bien déjà là, il est dans la procrastination :P

  5. Ouch!! Si même Boby se met à procrastiner…

  6. Bonjour Camille et bravo pour ce billet sur Bob l’éponge, personnage très attachant. Il est vrai que de nombreuses personnes sont atteintes de procrastination et que nous passons tous plus ou moins par cette étape. Ce qui me semble important est de savoir pourquoi? quelles sont les raisons qui nous conduisent à remettre à plus tard une tâche incontournable? Simple paresse, goût du risque du travail fait dans l’urgence, incapacité à se  concentrer? autre? quelle que soit la réponse, comment en arrive-t-on là? quel est l’élément déclencheur? est-ce une étape nécessaire à la créativité? comment y échapper?
    J’ai aussi entendu dire il y a peu de temps que la procrastination sévissait de plus en plus parmi les jeunes… la nouvelle génération aurai-t-elle l’apanage de la procrastination?

  7. Nous jeunes sommes une cible idéale. Les jeunes sont dans une période où ils n’ont pas encore fait de choix définitif sur le plan professionnel, sexuel, affectif, ou tout simplement de mode de vie. Donc forcément on évite, on pense à autre chose. Peut être que nous procrastinons plus que les anciennes générations parce que nous avons plus d’outils pour le faire. Il est tellement facile de regarder la télévision, jouer à la wii, aller sur internet…

    C’est dur de faire des choix, de prendre des décisions, de faire tout simplement les choses. Allez vers l’agréable est tellement facile que l’on y tombe tous forcément. Je pense que c’est par facilité que l’on procrastine, et en être conscient est déjà une grande étape pour stopper le processus.

    C’est mon avis à vous de donner le votre…

  8. bravo pour le billet, moi aussi je procrastine… mais heureusement pour moi pas tout le temps !!!!! 

    mais juste pour mettre les choses au clair, je vous jure que mon chien il avait vraiment  mangé ma copie… :-p

Réagir au sujet