Littérature & poésie

Indignez-vous ! – L’appel de Stéphane Hessel pour une insurrection pacifique

Écrit par Vincent

Succès immense de la fin d’année 2010, « Indignez-vous » de Stéphane Hessel continue de susciter l’adhésion en 2011. Ce petit livre de 32 pages, vendu 3€ et écoulé à plus de 500 000 exemplaires est édité par Indigène (maison d’édition basée à Montpellier et créée 1996 par Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou) dans la collection « ceux qui marchent contre le vent ». Passé de belle surprise à franc succès puis à phénomène de société, l’ouvrage à également trouvé une place de choix au pied du sapin. Une grand-mère dans mon entourage l’a par exemple offert à tous ses petits-enfants. Car oui, « indignez-vous » est bien un livre à destination des nouvelles générations, celle qui donnera à la France son visage de demain. Il est un témoin transmis par une figure de l’ancienne génération ayant vécu guerre, résistance, déportation puis ayant donné sa vie à la diplomatie et aux droits de l’homme.

Un homme engagé et militant, un homme de conviction et de cœur qui force l’admiration et invite à l’écoute et à la construction. La légitimité donc, qui découle du respect et s’accompagne de la confiance que la personne de Stéphane Hessel inspire. Car oui, l’attitude, la gestuelle ou encore les expressions du visage sont autant d’éléments qui accompagnent les mots et, partant, nous renseignent sur les dessous d’un discours. De quoi se douter que quelques entourloupes, pour ne pas dire quelques calembredaines se cachent sous les interventions, publiques ou privées d’un certain (grand) nombre de nos politiciens à commencer par Monsieur Sarkozy. Une confrontation entre les deux personnes, entre les deux expressions des vœux pour 2011 en dira plus long que je ne pourrai le décrire. Et je ne parle même pas du fond…

Quatre idées clés à retenir du livre « Indignez-vous »

1) Trouver un motif d’indignation
« Les raisons de s’indigner peuvent paraître aujourd’hui moins nettes ou le monde trop complexe. (…) Mais dans ce monde, il y a des choses insupportables. Pour le voir, il faut bien regarder, chercher. Je dis aux jeunes: cherchez un peu, vous allez trouver. La pire des attitudes est l’indifférence, dire ‘Je n’y peux rien, je me débrouille’. »

2) Changer de système économique
« L’actuelle dictature internationale des marchés financiers (…) menace la paix et la démocratie. Nous n’avons pas su tirer les leçons des erreurs de la crise économique, pourtant dévastatrice. L’écart entre les plus pauvres et les plus riches n’a jamais été aussi important: et la course à l’argent, la compétition, autant encouragée. L’auteur propose ainsi que l’ « l’intérêt général » prime sur « l’intérêt particulier », et le « juste partage des richesses créées par le monde du travail » sur le « pouvoir de l’argent ».

3) Choisir la non-violence
« On peut se dire que le terrorisme est une forme d’exaspération. Et que cette exaspération est un terme négatif. Il ne faudrait pas ex-aspérer, il faudrait es-pérer. L’exaspération est un déni de l’espoir. Elle est compréhensible, je dirais presque qu’elle est naturelle, mais pour autant elle n’est pas acceptable. Se dire ‘la violence n’est pas efficace’, c’est bien plus important que de savoir si on doit condamner ou pas ceux qui s’y livrent. »

4) Endiguer le déclin de notre société
Des progrès indéniables ont été fait depuis 1948 : la décolonisation, la fin de l’apartheid, la chute du mur de Berlin… Mais on constate, depuis les années 2000 une tendance à l’inversion de cette dynamique bénéfique. « Les premières années du XXIe siècle ont été une période de recul. Ce recul, je l’explique en partie par la présidence américaine de Georges Bush, le 11 septembre, et les conséquences désastreuses qu’en ont tirées les Etats-Unis, comme cette intervention militaire en Irak. » « Nous sommes à un seuil, entre les horreurs de la première décennie et les possibilités des décennies suivantes. Mais il faut espérer, il faut toujours espérer. »

Quelques liens sur le phénomène « indignez-vous »

Entretien avec Stéphane Hessel sur l’Humanité.fr
Les libéraux insultent Stéphane Hessel sur l’Humanité.fr

Sisyphe Heureux ! Un documentaire sur Stéphane Hessel réalisé par Thierry Neuville et Sophie Lechevalier

Le motif de base de la Résistance, c’était l’indignation

Et vous, quels sont vos vœux pour 2011 et contre quoi êtes-vous indigné ?

À propos de l'auteur

Vincent

Curieux, posé et réflechi Vincent est attaché au travail bien fait. Il suit avec une grande curiosité les évolutions du monde dans tous les grands domaines : écologie, économie, politique, arts, littératures, société, éthique, justice, enseignement, santé, transport, communication.

Il considère qu'un designer doit être ouvert, passionnément curieux du monde dans lequel il vit et engagé pour alimenter sa créativité, être pertinent et éthique. Les enjeux sont grands pour les générations futures et tout le monde a un rôle à jouer et une responsabilité.

Co-créateur de l’atelier de design nun, il s'attache a travailler sur des projets dont la forme est au service du fond, qui sont porteurs de sens et dans les domaines des sciences, du luxe, de la pédagogie, de la culture et des arts.

Enseignant et directeur d'e-artsup Strasbourg, une école de création numérique, la transmission de savoir-faire et de savoir-être aux jeunes générations est centrale à ses yeux.

1 Commentaire

  • « Quand je cesserai de m’indigner, j’aurai commencé ma vieillesse » (André Gide)
    Voilà sans doute le secret de l’éternelle jeunesse d’esprit de Stéphane Hessel dont les yeux pétillants en disent long sur le message qu’il veut transmettre.
    A un âge où il pourrait avoir lâché prise depuis longtemps, il continue son combat avec sérénité, conviction et humour. Cet homme ne peut que forcer l’admiration et nous entrainer à ses côtés. En tout cas, bravo à Xulux de lui avoir dédié cet hommage mérité.
    Il y a tellement de motifs d’indignation! L’injustice, la violence, l’indifférence, l’intolérance, la dictature de la finance, la misère, le chômage… la liste est si longue!
    Notre capacité à nous émerveiller (autre secret de la jeunesse) étant plus que mise à mal, il nous reste pour armes la solidarité, l’amour, l’empathie, le partage,en un mot, le retour aux vraies valeurs.
    Il faut toujours y croire et espérer: à chacun d’apporter sa petite pièce à l’édifice par de petits actes quotidiens: s’indigner est déjà un pas mais ne suffit pas!
    A nous de reconstruire une société plus belle et plus juste en ayant pour but, chacun à notre mesure, de réanchanter le monde!

Laissez un commentaire