philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Se moquer de la philosophie, c'est vraiment philosopher.   {Blaise Pascal}

Vendredi 27 mars 2009{par Autres contributeurs}

Our Body à coeur ouvert : l’après débat. | par Franois

Our Body à coeur ouvert

Mec, on vient de voir des types morts, découpés en tranches…

Voici les premiers mots qui sont sortis de ma bouche après que je sois allé voir l’exposition  Our Body avec un ami. Le débat lancé par Marielle ayant suffisamment éveillé ma curiosité, c’est sans appréhension que je suis allé 12, boulevard de la Madeleine pour voir de quoi il en retournait.

Comme pour décourager le pékin lambda, le guichetier me demande 13,50€ pour pénétrer à l’intérieur. Je tire un peu la tronche mais m’exécute sans broncher, dépose un vêtement au vestiaire et passe la batterie d’ouvreuses postées à l’entrée – Nous y voila.

Our Body nous accueille par des colonnes vertébrales éclatées et déposées sous verre sur un présentoir. Les murs couverts d’inscriptions expliquant tour-à-tour procédés de conservation chimique et visée de l’exposition sont baignés dans une pénombre à la fois pesante et névrotique. Je tourne la tête et tombe nez à nez avec homme. Il est debout sur un pied d’Estale, dressé dans un coin de la pièce au vertèbres, penché en avant comme tombant de tout son poids sur moi, le regard fixe, sans peau, dépecé, les muscles à l’air comme sur mes bouquins de sciences nat. au collège.

Je m’y attendais mais je suis pourtant surpris. La surprise laisse place assez rapidement à une curiosité enfantine;  on a rarement l’occasion de voir une telle démonstration du pouvoir de la science. Les tissus maintenant morts sont incroyablement bien conservés. Les pieds sont surprenants, les muscles des jambes et des cuisses écarlates et saillants, les testicules ne sont plus solidaires l’une de l’autre et pendent de chaque coté du pénis, les artères sont coloriées en rouge vif, les muscles thoraciques et les biceps sont striés comme je l’avais appris à l’école, sa dentition un peu mauvaise n’est plus cachée derrière ses lèvres et ses yeux toujours dans leurs orbites regardent chaque visiteur qui passe l’entrée.

Je suis gêné. C’est une sensation étrange de voyeurisme malsain. Le bouclier de chair n’étant plus, c’est comme si je regardais l’âme dénudée de ce chinois d’1m70. Moi qui levais le panneau de « l’exposition scientifique » 15min plus tôt, me voila à m’interroger sur l’éthique d’une telle présentation morbide.

Je chasse cette pensée et me remet en selle. Je savais pertinemment ce que je venais voir. La salle suivante montre un corps d’homme tronçonné verticalement en tranches de 10cm d’épaisseur. Des os au cervelet, en passant par les poumons et les cuisses, tout est visible à la manière de couches géologiques – humaines. Entre 2 morceaux de cadavre séché, j’apprends des choses intéressantes sur le cerveau humain, le système respiratoire ou les différences morphologiques homme – femme. Mais à quel prix ?

Allons-nous trop loin en coupant des cubes de chair humaine, laissant apparaître un corps tel un damier humain, comme dans la pièce du fond ? Au nom de la modernité, pouvons-nous dépecer un homme et exposer sa peau à la manière d’un smoking, comme c’est le cas dans l’une des salles ? C’est souvent devant le fait accompli que l’on se retrouve face à nous-même, et si la science et la philosophie sont deux écoles différentes, Our Body construit pour ma part un pont entre les deux aidant à plonger directement dans la profondeur de l’homme en nous mettant face à notre propre intériorité. Et si l’opposition entre progrès moderne et éthique a souvent été mis en exergue, cette exposition en est définitivement l’illustration.

Cette curiosité scientifique qui m’a poussé à découvrir Our Body a rapidement laissé place à une gène qui m’a finalement appris beaucoup plus sur moi-même que sur les mécanismes de mon corps. Exposition scientifique ? Certainement. Pédagogique ? Sans aucun doute.

Our Body | Espace 12 Madeleine : 12, boulevard de la Madeleine | du 12 Février au 10 Mai 2009

commentaire : 1Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace

1 réponse


  1. Pour rester dans le sillon de l’éthique. "Our body" me fait penser à l’exposition "Controverses-Photographies à Histoire", qui cette fois pose la question de l’éthique dans l’art (plus particulièrement la photographie).  Controverses-Photographies à Histoire
    Bibliothèque Nationale de France-SITE RICHELIEU Paris 02
    8,60 € / 5,00€. Jusqu’au 24/05/2009

Réagir au sujet