philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Le comportement humain découle de trois sources principales: le désir, l'Émotion et la connaissance.   {Platon}

Êtes-vous procrastinateur ?

Le procrastinateur, c’est celui qui remet au lendemain ce qu’il pourrait faire le jour même. C’est en réalité, celui qui se soulage d’une tâche ingrate (qui nécessite un effort donc déplaisante) pour la remplacer par une activité agréable (ce qui plait immédiatement au sens). Il n’est pas inactif, il peut même se penser être hyperactif. Une telle attitude est alimentée par le désir de faire disparaître un désagrément et de se déployer uniquement dans le plaisir de ce qui est agréable. La procrastination peut être un handicap car elle englue dans la « mêmeté », le déjà-là. Le sujet procrastinateur est incapable de découvrir des mondes autres que le sien, il n’est pas capable ou ne veut pas approfondir son monde même. L’individu est stressé, ne tient plus le rythme lorsque les tâches s’ajoutent et accumule les retards.



vid̩o de Johnny Kelly, Copyright Royal Academy of Fine-Arts Р2007

Les 11 étapes de la procrastination :

1. Vous acceptez de faire quelque chose, mieux même, vous êtes exalté à l’idée de faire quelque chose.

2. Vous prenez la décision de faire la chose.

3. Vous reportez sans vraie bonne raison.

4. Vous constatez les désavantages du report.

5. Vous continuez à reporter.

6. Trois possibilités :
- Vous trouvez une excuse rationnelle légitimant votre état de procrastinateur.
- Vous évacuez l’idée de la tache à réaliser.
- Vous allez vous en prendre à la personne qui vous a demandé de faire la tache.

7. Vous continuez à reporter.

8. Deux possibilités :
- Dans un frénétique effort de dernière minute, que vous confondez avec le travail, vous terminez à temps.
- Vous terminez en retard, ou jamais.

9. Vous vous sentez coupable, mal à l’aise par rapport à votre comportement.

10. Vous vous jurez que l’on ne vous y reprendra plus.

11. Vous recommencez.


Et vous, êtes-vous procrastinateur?

Petit test n’ayant aucune valeur scientifique. Répondez par Vrai ou Faux.

1. Il arrive parfois que le stress physique ou psychologique lié au report d’une tâche ou d’une activité me rende malade.
2. Il arrive parfois que je me sente déprimé, que je perde confiance en moi, ou que mon estime de moi soit altérée à cause de mon comportement procrastinateur.
3. Il m’arrive parfois d’avoir l’impression d’être paralysé et incapable d’agir ou de me décider.
4. J’ai le sentiment d’avoir perdu la considération ou l’estime de certaines personnes à cause de ma tendance à reporter.
5. La qualité de mes études et de mon travail est bien en deçà de ce que je sais pouvoir obtenir.
6. Ma tendance à reporter a déjà été à l’origine de sérieux conflits interpersonnels.
7. Ma tendance à reporter a déjà été un obstacle à la réalisation de choses importantes pour moi.

Si vous avez entre 0 et 3 Vrai vous n’êtes pas procrastinateur. Entre 4 et 7 Vrai vous êtes procrastinateur.

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace