philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Souvenez-vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance.   {Dalaï Lama}

Lundi 11 mai 2009{par Autres contributeurs}

La Vague | par Rougenoirblanc

Autocratie : « qui tire son pouvoir (cratie) de lui-même (auto) »

http://www.xulux.fr/

L’Allemagne pourra-t-elle voir apparaitre ou subir un jour une nouvelle dictature ?

Voici une des première questions que pose M. Rainer Wenger Ă  ses Ă©tudiants, participant Ă  un workshop sur l’autocratie. Dans le but de leur enseigner certaines valeurs, ce professeur (ancien anarchiste) au sein d’un lycĂ©e allemand soumet ses Ă©tudiants Ă  une expĂ©rience murement rĂ©flĂ©chie.
Tout d’abord, il leur demande de rĂ©flĂ©chir sur le principe d’autocratie, sous sa forme dictatoriale. Les termes « 3ème Reich », « Fuhrer » surgissent. Un dĂ©bat est lancĂ©. L’idĂ©e de nationalisme extrĂŞme brĂ»le les lèvres des Ă©tudiants. Le refus d’acceptation du passĂ© allemand soumet au malaise. Et pourtant…
Étape par Ă©tape, il leur impose des règles, faisant basculer progressivement une classe d’adolescents en un mouvement s’Ă©tendant peu Ă  peu dans la ville. Le nom de « La vague » est votĂ©. Peu Ă  peu, la solidaritĂ© se transforme en rĂ©elle communautĂ©. Des liens improbables se tissent. Les Ă©tudiants ne s’en rendent pas compte. Ils sont engluĂ©s dans la marche du mouvement, de l’expĂ©rience. Certains nĂ©anmoins s’y refusent, et sont immĂ©diatement traitĂ©s en paria. Situation et sentiment rapidement renforcĂ©s par l’adoption d’un uniforme : jeans et chemise blanche. Une forme de salut apparait : mime d’une vague avec le bras droit, se terminant en une posture très militaire. Certains Ă©tudiants n’y voient qu’un sujet d’Ă©tude. D’autres, plus faibles d’esprit y adhèrent, ne possĂ©dant pas de repères propres solides. D’autres enfin, seuls dans la vie, s’y attachent, y entrevoyant la possibilitĂ© d’une nouvelle « famille ».
La solidaritĂ© entre les partisans de « La Vague » se renforce. Cela s’accompagne du rejet d’autrui, ceux qui refusent de s’y soumettre, comme les parias du groupe originel.

Le mouvement gagne la ville, « l’emblème » est graffĂ© et stickĂ© partout. Certains, voulant se dĂ©marquer, risquent leur vie pour prouver leur valeur avec fiertĂ©.
Rainer, le professeur, est prĂ©venu par diffĂ©rentes personnes (sa femme, une Ă©tudiante…) que tout cela va trop loin. Mais dans sa logique pĂ©dagogique, il continue. IntĂ©rĂŞt scolaire,  curiositĂ© humaine malsaine, ou perte de contrĂ´le ? Jusqu’oĂą iront ses Ă©tudiants ?
Les quelques « parias du groupe, conscients du danger apportĂ© par cette expĂ©rience, tentent de prĂ©venir la conscience publique. Mais les partisans de La Vague sont enfermĂ©s dans leur nouvelle idĂ©ologie, et les contraignent au silence.

C’est l’idĂ©e de conformisme qui est mise en avant. La mise en place d’un système de pensĂ©e unique, appuyĂ© par un uniforme, par un signe de reconnaissance, par un comportement de troupe. Les diffĂ©rences s’effacent parmi les membres du mouvement. C’est d’ailleurs le seul point positif, mais Ă  quel prix ? Le professeur perd peu Ă  peu le contrĂ´le de son expĂ©rience, qui s’achève bien tragiquement.

MalgrĂ© tout, La Vague est aux premiers abords un peu trop « simpliste ». Il n’y a pas vraiment de rĂ©el point d’accroche. Il se regarde de bout en bout, sans rĂ©elle saveur, passivement. Tout est trop convenu. On s’Ă©tonne de la facilitĂ© avec laquelle les Ă©tudiants acceptent et s’attachent aux idĂ©es qui leurs sont imposĂ©es. Il y a certes cette notion d’acceptation par le groupe, mais ce n’est plus juste un jeu pour les diffĂ©rents adolescents. On retrouve d’ailleurs diffĂ©rents stĂ©rĂ©otypes parmi eux (la hippie, le sportif, le solitaire, le marginal…), comme pour montrer que tous peuvent ĂŞtre atteints par une montĂ©e du fascisme sans s’en rendre compte.

Au final, on se retrouve devant un film montrant comment cela a lieu, et non pas pourquoi. Ce n’est qu’en faisant bien attention durant le film, aux relations entre les personnages (surtout pour M.Reiner), et en rĂ©flĂ©chissant ultĂ©rieurement que l’on peut trouver un contenu plus profond. Certainement que le roman de Todd Strasser s’affranchit de la limite de durĂ©e du cinĂ©ma et approfondit un peu la chose. Sachant que l’histoire est inspirĂ©e d’un fait rĂ©el survenu en Californie Ă  la fin des annĂ©es 60, il serait dommage de ne pas en tirer un enseignement destinĂ© Ă  ne pas rĂ©pĂ©ter les erreurs du passĂ©.

Je vous invite nĂ©anmoins Ă  voir ce film (la langue germanique ne m’aura en rien rĂ©butĂ©, bien au contraire) afin de dĂ©couvrir jusqu’oĂą peut aller une telle expĂ©rience.
Mais dĂ©pĂŞchez vous, il est sorti depuis 2 mois, mais est encore Ă  l’affiche dans quelques dizaines de salles françaises.

La Vague (Die Welle) 2009

RĂ©alisateur : Dennis Gansel
Acteurs :
JĂĽrgen Vogel … Rainer Wenger
Frederick Lau … Tim Stoltefuss
Max Riemelt … Marco
Jennifer Ulrich … Karo
Christiane Paul … Anke Wenger


commentaire : 1Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace

1 réponse


  1. J’ai beaucoup aimĂ© ce film. MĂŞme si le final reste prĂ©visible et sans surprise et qu’il manque selon moi un rĂ©el travail de profondeur dans la globalitĂ©, ce "petit film" sans prĂ©tentions ne soulève pas moins autant de questions et de remises en question.

Réagir au sujet