Arts médiatiques Pensée & société

Au diable la fraternité !!

Écrit par Emeric

C‘est à peu près en ces termes qu’Yves Rocher s’adresse à nous. En voulant supprimer des fondements républicains nos trois devises, si souvent reprises ici (mais si peu appliquées dans le quotidien de notre société actuelle), cette entreprise qui pourtant se vante d’avoir une image positive, responsable, de femme active et protectrice de la nature… renie dans ses magasins la fraternité, et nous fournit un nouveau triptyque antinomique.

Ce « nouvel ordre » proposé est le suivant : Liberté, Égalité, Beauté

Campagne Yves Rocher © 2007

Je ne parlerais même pas du visuel accompagnant ces trois mots. On comprend bien le message du « poing levé », symbole de non-acceptation/révolution, mais écraser (posséder) de l’herbe humide, visiblement très verte et donc « en bonne santé »…
Bref, on se rend tout de suite compte que la liberté, une et indivisible n’est pas et ne peut être touchée. Heureusement d’ailleurs que le consommateur est encore « libre ». Ensuite, dans la devise républicaine la fraternité va de pair avec l’égalité. Comment ne pas considérer l’autre comme son frère si nous le pensons différent de nous, supérieur ou inférieur ? Bien entendu, chaque personne est unique, mais c’est en acceptant cette égalité symbolique, facteur de tolérance et d’acceptation de tous et par tous, que la fraternité devient possible. La fraternité relie les peuples entre eux.

Nous vendre la beauté répondant à l’égalité est on ne peut plus utopique. Comment serions-nous « beaux également » ? A part vouloir procéder à une uniformisation criante, hurlante,  des critères de beauté, je ne vois pas comment cela est possible. Mais peut être y arrive-t-on progressivement.
En effet, à la vue des nombreuses égérie qui semblent clonées, recopiées, dans tous les pays ou le commerce est roi, on peu se demander si nous ne vivons pas déjà dans ce nouveau modèle socio-économique reposant sur la beauté. Et donc sur un critère personnel, non universel, et donc renforçant un peu plus notre individualisme.

À propos de l'auteur

Emeric

Laissez un commentaire