philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Le statut quo est la recette du pire.   {Dominique Moïsi}

Jeudi 11 juin 2009{par Emeric}

Twitter, plus honnête que Facebook ?


Tout le monde connait Facebook, ce site internet permettant de partager sa vie avec tous ses amis. Et bien voici venu le temps de Twitter (gazouilli en anglais), le site qui permet… de partager sa vie avec tous ses amis.
Mais pas que.

Facebook a été créé le 4 février 2004 par Marc Zuckerberg, alors étudiant à Harvard, dans le but d’échanger des informations avec se collaborateurs. L’application s’est rapidement étendue à tout le campus, puis au monde entier. Depuis, le siège social s’est déplacé en pleine Sillicon Valley, à Palo Alto (Californie), et l’entreprise a un chiffre d’affaire estimé à 150 Millions de Dollars en 2008.
Facebook permet de partager avec ses « amis » des tranches de sa vie. Le fait de mettre à jour son « statut » (ce qu’on fait) est visible par tous nos « amis ». Ils savent donc si on prend une douche, si on mange une pizza… On peut également partager des photos, des vidéos, ainsi que des applications. De petits « quizz » sont disponibles, qui permettent de « mieux se connaître », de savoir « quel prénom auront tes enfants ? » ou encore « quelle pizza êtes-vous ? ». Cela permet tout de même un réel échange, et on entend presque chaque jour l’histoire de personnes qui se retrouvent grâce à Facebook. On peut se renseigner sur des événements, et adhérer à des groupes comme l’UMP, le PS, ou le plus philosophique « contre les boulets qui restent à gauche dans les escalators ».
Le problème est de savoir où vont toutes ces informations. Régulièrement taxé de « fichage » des internautes, facebook a une politique de gestion des données bien particulière ; ils gardent tout. Même si on se désinscrit, ils peuvent garder toutes nos données, images, historiques de conversations, mails… Ces données sont bien évidemment revendues à des annonceurs, qui ont bien compris le système : Facebook est une fiche de renseignement accessible pour pas cher et plus complète que n’importe quel autre système. Les publicitaires en usent et en abusent, et des groupes sont créés juste pour dire « j’aime le coca ».

Twitter est surnommé « le petit frère de Facebook ». C’est un site qui permet de partager des messages de 140 caractères maximum, soit l’équivalent d’un SMS. Ici aucun « groupe », aucun « quizz ». Il suffit de cliquer sur « follow » et on suivra les mises à jour d’une personne. Ici on suit des personnes, des marques, etc… L’avantage de Twitter c’est que pour peu qu’on choisisse bien ses « followers », on peut être au courant d’événements TRÈS rapidement. C’est d’ailleurs par ce biais qu’on a vu apparaître les premières images de l’amerrissage du vol 1549 dans l’Hudson, ou bien que l’on a appris hier que le conseil constitutionnel rejetait une partie de la loi Hadopi. Comme Twitter n’est pas encore très connu, il est donc tendance, et « réservé » à une population « d’early adopters », telle que les stars diverses. Les plus connues sont Ashton Kutcher, Demi Moore, Barack Obama ou encore Hugh Jackman. Mais les groupes de musique s’y mettent, ce qui permet de mieux contrôler leur communication, et de se rapprocher de leur public.
Donc Twitter est un réseau d’amis, de connaissances plus ou moins proches, qui permettent la circulation d’informations CHOISIES. Ainsi, la publicité que l’on peut recevoir par twitter sera choisie, et non pas subie comme sur Facebook. De plus, comme vous ne partagez principalement que des liens, aucune « donnée personnelle » n’est conservée ; on a juste un amalgame de « ce que l’on aime », et donc de « ce que l’on est ».

Twitter serait-il donc un Facebook moins « big brother » ? Et servirait-il une cause plus noble que la publicité, le partage/vente d’informations personnelles, comme la partage d’informations tout court ?

commentaire : aucunCommentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace

Réagir au sujet