philosophie, design, philo, arts, art, arts graphiques, photo, photographie, littérature, réflexion, décryptage, pédagogie, vulgarisation, explication, événementiel, analyse, politique, écologie, magazine, pub, publicité, culture, expositions, graphisme, cinéma, spirituel, spiritualité, fait religieux, tribu, tribus, musique, musical, utopie, notion, humanisme, humaniste, engagement, engagé, rencontre, altérité, ifer, artdifer, e-art, e-artsup, concept, spectacle, paris, pop culture, popculture, pop-culture, pop, tendance, postmoderne, postmodernité, ultra moderne, ultramodernité, blog
Souvenez-vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance.   {Dalaï Lama}

Dimanche 19 décembre 2010{par Vincent}

Rendez-vous en terre inconnue – l’appel de l’ailleurs et de l’altérité


Voilà une émission que l’on retrouve (trop) rarement sur nos antennes. « Rendez-vous en terre inconnue » est conçue et présentée par Fredéric Lopez, diffusée pour la 1ère fois le 26 décembre 2004.

Le principe est tout simple : une personnalité française (Zazie, Gérard Jugnot, Gilbert Montagné, Virginie Efira, Adriana Karembeu, Patrick Timsit ou encore Édouard Baer…) part à la rencontre d’une peuplade dont le mode de vie est opposé au notre, occidentaux modernes (post-modernes diront certains). Pire, certaines de ces peuplades sont menacées par le capitalisme globalisé qui chaque jour avance un peu plus en écrasant ses opposants : peuples tribaux, animaux, forêts, océans (et j’en passe…). Ils vivent d’une manière qui est depuis bien longtemps révolue sur l‘immense majorité de la planète : point d’eau courante ni d’électricité, encore moins de machine à laver ou de four. Boris Vian aurait eu le plus grand mal à y écrire sa « complainte du progrès » . Les techniques artisanales, transmises de génération en génération sont la clé de leur subsistance. Celle-ci est restée leur principale source d’occupation : se nourrir, boire, se protéger des animaux ou de la rigueur du climat, veiller sur le territoire etc. Des gestes et un savoir faire tout entier dédié à la survie de la tribus. Plutôt que de rentrer dans une analyse ethnologique, regardez ce que nous raconte Claude Levi Strauss à propos de sa rencontre avec la tribus Bororo :

Vous l’aurez compris, les objets cultes de consommation de notre quotidien Smartphone-télévision-console-ordinateur-Ipod sont inconnus là-bas, mais ces peuplades sont très fières de leur condition « d’Homme libre ».
« On est là, ensemble devant un bon feu, tout simplement… Voilà la vraie liberté » Ganbat | Tribu Tsaatans en Mongolie

Des mois de préparation

En amont, un gros travail de préparation par les équipes de l’émission qui repèrent les endroits du monde les plus reculés et se rendent sur place pour préparer le tournage. 1 mois in-situ, sans caméra pour apprendre à connaître les habitudes, les rites, les comportements etc. L’occasion aussi de voir quelles activités sont particulièrement intéressantes. Mais comment faire pour trouver une famille qui accueillera l’équipe pour le tournage ? Le rédacteur en chef, Franck Desplanques, explique que bien souvent ce sont les personnes particulièrement ouvertes et accueillantes qui viennent à eux. Celles qui ont envie de partager leur culture dont elles sont infiniment fières et de la faire découvrir au reste du monde. Les choses se font naturellement, simplement.

L’émission préférée des français

Avec un record de plus de 8 millions de téléspectateurs lors de l’émission du 14 décembre 2010, il est indéniable que cette émission rencontre un franc succès. Les chiffres parlent d’eux même et RDVETI a été élu « émission préférée des Français » au Qualimat publié dans télé7 jour pour la deuxième année consécutive.
Audiences - Audimat - Rendez-vous en Terre InconnueCliquez pour agrandir l’image

L’occasion de faire un état des lieux du PAF afin de comprendre sa topographie. Le qualimat a été mené du 6 au 13 octobre dernier auprès de 2.106 personnes âgées de 18 ans et plus. Celui-ci prend en compte les programmes diffusés sur les chaines françaises en septembre 2010. Disons le tout de suite, le fait d’exclure des chiffres les enfants, mais surtout les adolescents change incontestablement le résultat. Il n’empêche, celui-ci montre 2 choses principales : les émissions culturelles et les séries télévisés (très massivement américaines) remportent les suffrages. La télé-réalité ou les jeux, eux, souffrent d’une image exécrable malgré leur indéniable côté fédérateur dans le divertissement. Arrivant par exemple dans le bas du tableau, La roue de la fortune et Secret Story sont respectivement classés 48e et 50e… sur 50.

On peut dès lors se poser une question : pourquoi les émissions jugées mauvaises récoltent-elle autant d’audiences ?
>> Entre 20 et 40% de PDM (part de marché) pour Secret Story (juillet 2010)
>> 27% de PDM moyenne pour La roue de la fortune (saison 2010)

Qualimat - télé7jours - Rendez-vous en Terre InconnueCliquez pour agrandir l’image

Avant d’essayer de comprendre les clés du succès de rendez-vous en terre inconnue (RDVETI), il est temps de faire notre propre investigation concernant la qualité des programmes télé. Nous vous proposons ce sondage, sans prétention afin de nous faire partager vos ressentis et d’essayer, ensemble, de cibler les émissions qui vous parlent.

Et vous, quelles émissions pensez-vous être les plus qualitatives ? (5 choix maximum)

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Les recettes du succès

Mais pourquoi un tel engouement ? Essayons de mieux comprendre les points qui font de ce programme, un des immanquables populaires de la télévision.

L’émotion qui touche les invités de cette émission pendant leur expérience est toujours palpable et, bien sûr, communicative. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous avons l’impression de les voir touchés dans leur quotidienneté, lorsque leur personnage de spectacle est laissé au vestiaire. On peut penser les personnalités du spectacle, qu’il soit politique, artistique ou encore sportif à travers la dialectique de persona et de personne, une notion précieuse forgée par Carl Gustav Jung. La persona est le masque social créée par le moi, que chacun se constitue sous le fouet de la relation aux autres. A la base, il désignait le masque que portent les acteurs de théâtre. Lorsque le A tombe, on passe de la persona à la personne, c’est à dire au moi véritable. Toutes les barrières tombent, celle que nous appelons ici les logismoï ou boucliers de l’ego. La complexité dans le déploiement de la notion réside ici en ce que les personnalités du spectacle (par spectacle, je désigne tous les types de spectacles), en dehors de leur rôle de scène, peuvent encore (et souvent) porter un masque social, comme nous tous. Il n’empêche que la proximité et l’humanité de ces personnes du spectacle nous touchent, les rendant attachants et émouvant par le fait même. Nous ne sommes tous que des Hommes. Il y a là un processus d’identification et de ressemblance évident qui les rend sympathiques (de sum pathos : souffrir avec). Car oui, ces personnalités se font violence et sortent de leur confort quotidien que l’on imagine même parfois luxueux pour aller braver les neiges de Mongolie ou les déserts minéraux du Mali. Du coup, on les voit sous un autre angle et cet angle est celui de l’émotion (que nous appelons ici émotionnaliste, par différence avec l’émotion véritable qui change une vie). Petite précision tout de même : les invités de l’émission de Frédéric Lopez ou lui-même peuvent, eux, véritablement vivre une émotion pendant ce voyage tout comme les membres de l’équipe sur place. C’est plus tard, lorsque le temps s’est écoulé qu’ils sauront s’ils ont été touché par une émotion.

L’imaginaire du voyage et l’envie d’aventure qui résonnent avec force pendant l’heure et demi de l’émission. Une direction de la photographie impeccable, des cadrages et  des mouvements de caméra très sobres mettent en valeur l’endroit de l’épopée télévisuelle. Les paysages vibrent de toute leur beauté. Ils sont d’autant plus inspirants qu’ils sont associés à un visage familier grâce à Frédéric Lopez ou à chacun des invités. On s’y voit, on se projette, on part demain… La magie de l’imagination ! Impossible de ne pas mettre en lien Caspar David Friedrich, peintre romantique allemand du XIXe siècle et son « voyageur contemplant une mer de nuage« .

Caspar David Friedrich - voyageur contemplant une mer de nuage
Caspar David Friedrich – voyageur contemplant une mer de nuage – 1818

Cette peinture de 1818 montre bien l’immense pouvoir évocateur des images, articulés sur des symboles (nuages, horizon brumeux, couché de soleil, silhouette regardant au loin etc.) qui nous emmène vers d’autres lieux, vers un ailleurs, vers une utopie (étymologiquement a-topos : sans lieu).

Il ne s’agit pas que d’une envie de voyage spatial, ni même temporel, mais bien d’un voyage existentiel, l’appel d’un monde autre, une vibrante invitation inconsciente qui électrise le corps, l’esprit et le cœur. On se prend alors à rêver (consciemment et les yeux ouverts) de vagabonder sur les routes, d’escalader le  toit du monde ou de sillonner d’immenses plaines désertes, sans nul autre appel que celui de l’horizon. « Into the wild » de l’immense Sean Penn illustre parfaitement cet appel de l’immensité, cette invitation de l’infini que Pascal et tant d’autres ont étudié.

Pour approfondir et avoir encore un autre éclairage sur le voyage, je vous conseille la lecture de la « théorie du voyage : poétique de la géographie » de Michel Onfray.

La relation au spirituel qu’entretiennent certaines tribus et la pratique des rites fascinent. Animisme et chamanisme nous sont montrés, nous rappelant le regain d’intérêt pour les spiritualités hors piste (en dehors des monothéismes) de plus en plus en vogue dans nos contrés occidentales. Relations aux énergies, à la Terre-mère (pachamama des Chipayas Boliviens),  invocation des esprits des lieux ou de ceux des ancêtres et j’en passe. Ce rapport au spirituel tribal (païen) intrigue autant qu’il effraie, attise la critique des sceptiques cartésiens ou athées autant que la curiosité des « spirituellement sans domicile fixe » pour parler comme Abd Al Malik. Un réenchantement du monde qui procède, entre autre, d’une recomposition du croire et du sacré dans le même temps qu’une sacralisation des nouvelles icônes modernes dans le domaine du profane : Zinédine Zidane, Michael Jackson ou Steve Jobs.

Rendez-vous en terre inconnue - Chamane - relation au spirituel

La proximité avec la nature des ces tribus isolées et leur respect pour la planète entre en écho avec une thématique ô combien omniprésente de ce début de XXIe siècle mais aussi et surtout bien vue par les foules :Yann Arthus Bertrand (qui par ailleurs soutient la coupe du monde 2022 au Qatar, cautionnant par la même la construction de plusieurs stades dans un rayon de 50 km. Un non-sens sportif doublé d’ une aberration écologique… sic ! NDLR : le Qatar a financé une partie du film HOME. Ceci explique cela…), Nicolas Hulot, le grenelle de l’environnement, l’ultimatum climatique, le sommet de Copenhague, la marée noire déclenchée par BP et j’en passe, nous rappellent chaque jour à quel point notre planète est vulnérable et fragile.

Il est rassurant et motivant de voir à la télévision des êtres humains comme ceux rencontrés pendant « rendez-vous en terre inconnue » qui prennent soin de la planète. Cela les rend attachants et, quelque part, nous montre la voie à suivre à nous, occidentaux capitalisés. La nature, c’est le moyen pour eux de subvenir à leur besoins primaires : boire, se nourrir, être en sécurité etc. Ils la respectent donc primordialement pour ce qu’elle leur offre en offrant en retour leur protection. Une chose que nous avons beaucoup plus de mal à faire tout simplement parce que nous sommes déconnectés de cette nature. En effet, les nombreux intermédiaires convoqués par la production industrialisée se posent entre la nature et nous, nous mettant ainsi à bonne distance. D’un point de vue pragmatique, nous ne tuons plus jamais nous même (sauf rare exception) ce que nous mangeons.

Frédéric Lopez - Rendez-vous en Terre Inconnue - industrialisation
Erwin Wagenhofer – Image extraite du film « We feed the World» – 2005

Nous ne collectons plus jamais les matières premières qui serviront à construire notre maison. La nature est loin, loin de nos villes et loin de nos cœur.
Nous ne nous en préoccupons pas (plus), parce que nous ne nous saisissons plus ce qu’elle représente pour l’humanité : un écrin rendant possible la vie.
Nous ne voyons pas chaque jour la situation se détériorer, trouvant moins de gibier ou peinant à  nous ravitailler en eau saine.
Nous ne saisissons pas l’ampleur du désastre planétaire qui se joue là-bas, loin de nos yeux.

La vie avec sa tribu, entrant en résonance avec un retour des valeurs familiales et communautaires. Une famille soudée à la vie, à la mort, qui s’entraide et se bat dans l’unité pour vivre. Gérard Mermet, auteur de Francoscopie (une études des Français qui brosse un panorama à 360° sur la vie sociale, le travail, les loisirs, les habitudes de consommation, les valeurs, l’idéologie etc. depuis 1983) indique que la rudesse de la vie extérieure invite la personne à se ressourcer dans un foyer familiale solide et chaleureux et/ou dans un cercle communautaire partageant les mêmes valeurs. Cette solidarité tribale, également mis en avant par Michel Maffesoli dans « le temps de tribus » par exemple, fait écho à celle que l’on nous montre à la télévision. Encore un catalyseur du processus d’identification déjà lancé par l’attitude « humaine et fragile » des invités qui nous ressemblent, en fin de compte.

Frédéric Lopez - Rendez-vous en Terre Inconnue - socialisation et tribus
Robert Doisneau – Les tablier de la rue Rivoli – 1978

La question philosophique de l’altérité se pose avec force dans le rapport à l’autre que nous montre « rendez-vous en terre inconnue ». Depuis quelques années, on assiste à un retour populaire des grandes questions existentielles, démocratisées par des magazines comme « philosophie magazine » (fondé en 2006), « sciences humaines » (crée en 1988), « le point références » (crée en 2010), ou encore Uzbek & Rica (crée en 2010). Des émissions aussi comme « philosophie » sur la chaine arte doublé d’une véritable mode pour le développement personnel avec l’émergence de magazines comme « psychologie magazine » (relancé en 1997) ou encore de « Mieux être » (lancé en 2006) . Bref, une tendance très marquée qui met les sciences humaines sous les feux de la rampe ! Et internet ne fait que confirmer la tendance : psychologies.com, développementpersonnel.fr, Doctissimo.fr, accomplissementdesoi.org

Rendez-vous en terre inconnue - Le penseur - Rodin
Auguste Rodin – Le penseur – 1902

Dans ce contexte, les névroses, les psychoses, le rapport à l’autre sont des thématiques psychologiques qui intéressent autant que celles, philosophiques, de liberté, d’infini, d’ailleurs, ou d’altérité. L’occasion de revenir succinctement sur cette dernière, en cette période d’interrogation tous azimuts sur la question de l’identité nationale. Scrutons cette notion d’altérité, une notion belle et féconde, qui confère à l’Autre, non plus la menace de l’étranger qui pille et menace mon identité, mais une source d’enrichissement infinie. L’altérité est un concept philosophique, qui procède de la reconnaissance de l’autre dans sa différence, quelle qu’elle soit. Cela suppose primordialement une distinction entre moi et l’autre, c’est à dire un régime qui n’est pas fusionnel. Mais cela suppose également d’accueillir l’Autre avec bienveillance afin de comprendre (au sens de cum-prendere : prendre avec ou prendre en charge) et de connaître (on ne connaît jamais complètement quelqu’un nous dit Alain Badiou dans « l’éloge de l’amour« , on le re-connait, toujours mieux, toujours plus profondément et intensément) sa particularité, son unicité. Une posture très différente de la tolérance et de son fameux « ma liberté s’arrête ou commence celle des autres » qui postule que « ma liberté s’étend aux travers de celles des autres ». Elle implique attention, respect total et ingérence dans les situations identifiées comme menaçantes envers ce droit fondamental des humains d’être eux-mêmes et chacun différents. Pour aller plus loin sur la notion d’altérité : « Altérité et transcendance » d’Emmanuel Lévinas. Encore un mot, qui j’espère apportera un éclairage nouveau sur cette notion, d’Héraclite et son « paradoxe du fleuve » : Lorsque je me baigne dans un fleuve à deux moments différents, me suis-je baigné dans le même fleuve ?

Rendez-vous en terre inconnue - Héraclite - Le paradoxe du fleuve
Du point de vue chimique, les molécules d’eau ne sont plus les mêmes, le fleuve s’écoulant sans cesse, sa structure moléculaire est sans cesse renouvelée.L’eau qui sera au contact de mon corps n’est plus la même. Il ne s’agit donc plus du même fleuve. Pareil s’il l’on considère une crue ou une période de sécheresse, le fleuve ayant changé de physionomie. Du point de vue du nom par contre, si je me baigne deux fois dans la Loire, il s’agit bien du même fleuve. Même chose si l’on considère le tracé du fleuve qui lui, à très peu de choses près, reste le même. Ce paradoxe peut être, à mon sens, utilisé afin d’apporter un autre éclairage sur la notion d’identité et cette magnifique phrase de ce grand penseur :  « seul le changement est éternel ».

L’identification à des personnes connues leader d’opinion mais aussi et surtout incarnation de symboles et de valeurs : acteurs, chanteurs, top-modèles, humoristes, présentateur télé… Les invités choisis appartiennent à la scène médiatique, principalement dans le registre du culturel. Il sont, par le fait même, fédérateurs en ce sens qu’il séduisent déjà un grand nombre de téléspectateurs par leur activité professionnelle. Leur nom suffit à déclencher un processus d’adhésion qui prolonge celui déjà initié par leurs interventions ou apparitions dans la sphère publique.  On propose alors au spectateurs de les voir sous un nouveau jour : celui de la proximité, loin des caméras qu’ils côtoient habituellement, des tenus de scènes et du maquillage, leur conférant ainsi une accessibilité doublée d’une authenticité. Cette proximité rassurante est très à la mode par les temps qui courent. Les agissements de notre président dont les sphères privées et publiques s’entrechoquent et se mélangent aisément en atteste. Le développement des réseaux sociaux comme Facebook et les déclarations de son créateur, Mark Zukerberg (« la notion de vie privée est une notion dépassée ») provoquent un étalage complet de la vie privée sur la place publique sous couvert de liberté d’expression, au vu et au su de tout le monde. Certaines affaires nous alertent déjà sur les effroyables dérives en cours… Les totalitarismes l’avaient rêvés, Georges Orwell l’avait anticipé, les réseaux sociaux l’ont fait. Pire, c’est de leur propre chef que les citoyens vont remplir cette machine à surveiller d’informations privées : localisation, agissement, opinion, photo de famille, état d’esprit, travail, loisir, goût culturel etc. Un sujet brûlant qui a déjà donné un débat enflammé sur xulux.

Que dire de cette émission ?

Au final, je retiens de cette émission une belle intention, de beaux moments à mon sens authentiques (même montrés à plusieurs millions de téléspectateurs) et une réelle envie de faire découvrir d’autres cultures et d’inviter à aller vers l’Autre, vers les autres, vers l’altérité. Ce savant mélange de documentaire et de télé-réalité (par petite touche puisque la caméra a la bonne idée de s’absenter des scènes d’intimité) est plutôt bien dosé et ne verse pas dans le voyeurisme malsain. Frédéric Lopez donne l’occasion aux spectateurs de découvrir le monde et de rêver d’ailleurs. Il ne faut en revanche jamais oublier qu’il s’agit d’une mise en scène de ce monde et de l’Autre, avec des plans montés donc choisis parmi des centaines d’heures de rushs (et plusieurs mois de montage) et que les producteurs n’ont pas oublié un objectif majeur : faire de l’audimat (mais après tout, il est naturel de vouloir séduire et rassembler le plus grand nombre – c’est lorsque cette envie est dynamisé par la logique du profit que les choses se gâtent). Quelques mots enfin, sur la vertu d’un véritable voyage, aussi petit et proche soit-il, et non d’un voyage dans un canapé ou un fauteuil :

1) Rien ne remplace une véritable rencontre, qu’elle soit faite à Lyon, Brebotte ou au Népal.
2) Rien ne remplace un véritable voyage, qu’il soit à Berlin, Caen ou Saint-Jean-de-Cuculles.

Dernière chose, parce que nous ne sommes pas ingénus : Attention à ne pas verser dans un manichéisme facile du mythe du bon sauvage qui subit la bêtise du méchant occidental maltraitant la planète. Un peu de finesse et de nuance, le monde ne s’en portera que mieux !

Liens multimedia

Galerie Rendez-vous en terre inconnueCliquez sur l’image pour voir la galerie – Copyright Jean-Michel Turpin










commentaires : 5Commentaire

Partagez cet article

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Delicious
  • MySpace

5 réponses


  1. Juste petit commentaire… Vous n’auriez peut être pas du mettre Rendez-vous en terre inconnue dans le sondage… on est quand même influencé du fait que vous décriviez l’émission avant :)

  2. Très juste Estelle, je pense effectivement que le résultat de RDVETI est quelque peu biaisé. Néanmoins, les personnes qui lisent l’article ne sont pas obligées de souscrire aux arguments que nous avançons. Le résultats est ainsi accentué, exagéré, mais certainement pas inverse à la tendance. Le résultat du qualimat en atteste. Mais de toute façon, il faut toujours se méfier des sondages et surtout de leur interprétation ! On peut faire dire tout et son contraire aux chiffres.

  3. Bonne initiative pour ce sondage qui peut éventuellement permettre de faire ressortir que nous ne sommes pas que des buveurs de soda gazeux etc…
    La qualité reconnue de certaines émissions aura peut-être un jour raison du simpliste mais très intéressé mercantilisme, je l’espère.
    Merci pour le très bon travail que vous nous faites apprécier à chaque fois.

  4. Très belle émission qui mérite d’être connue car elle prouve que l’on peut vivre « autrement » tout en étant heureux. C’est une véritable bouffée d’oxygène et d’espoir dans notre société de consommation.
    Cela n’est pas sans m’évoquer l’exposition « 6 milliards d’autres » de Yann Arthus Bertrand, même si c’est à une échelle différente:  le spectateur est invité à rencontrer « l’autre » .
    Non seulement cette émission nous fait voyager mais elle nous fait ouvrir les yeux, l’esprit et le coeur. Elle suscite de l’étonnement, voire parfois de l’émerveillement et franchement, ça fait du bien.

  5. Oui une émission très bien faite. Mais bien plus pervers qu’elle n’y parait. De belle images, de belle rencontre, une approche « respectueuse ». C’est tout de même le mythe du « bon sauvage » qui faut préserver de la corruption du monde moderne!
    Il faudrait bien relire Lévi-Strauss car il me semble que vous l’ayez compris de travers. Lévi-Strauss aurait détesté cette émission!!!!!

Réagir au sujet